Émotions OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publié le 28 février 2016 | par Georges Gaudet

4

Difficile décision


Horizon incertain, défis nouveaux.

one morning at PEIQuand j’ai quitté le rôle de chroniqueur au journal hebdomadaire LE RADAR aux Îles de la Madeleine, précisément le 19 juin 2015, je pensais être facilement capable de couper les ponts avec ce métier pratiqué depuis les 16 années précédentes. La décision était mienne, amicale et réfléchie. J’avais toutefois sous-estimé l’emprise que peut avoir sur l’humain, une habitude. Alors, sans véritablement m’en rendre compte, la routine d’émettre au fil de mon vécu et de mes découvertes, des opinions sur les principaux sujets qui me touchaient et risquaient de toucher mes lecteurs ne s’est jamais démentie.Voilà peut-être ce qui explique la poursuite de l’écriture d’un blogue hebdomadaire, réglé comme une horloge, en plus d’une copie adaptée sur le site officiel des Îles de la Madeleine.

Il faut arrêter

OLYMPUS DIGITAL CAMERA Il n’y a pas de regrets dans ce constat, mais je réalise aujourd’hui qu’il me faut passer à autre chose. Je ne publierai plus hebdomadairement une chronique sur mon blogue. Il deviendra uniquement une page publicitaire élaborée au fil des activités à venir et toujours selon les nécessités du moment. Aussi se termine ici ma participation volontaire sur le site officiel des Îles de la Madeleine. J’en profite d’ailleurs pour remercier les propriétaires de ce site d’avoir accueilli en leurs pages mes chroniques depuis mon départ du journal Le Radar. Pour moi, ce geste m’aura permis de fermer la porte avec douceur sur une activité qui fut mon pain et mon beurre en plus d’une grande partie de ma vie pendant plus de 15 ans. Aujourd’hui, m’en allant allègrement vers une 67e année d’existence, je réalise que le meilleur de ma carrière professionnelle fut celui d’exercer le métier de journaliste et chroniqueur. Un métier que j’ai vraiment entrepris à l’âge de 49 ans, bien que j’écris depuis l’âge de 10 ans. Cette manie d’écrire a commencé par un poème sur l’amour que je portais à mes parents.

Un jour, il y a longtemps de cela, ma plus grande amie m’a fait promettre de ne jamais cesser d’écrire. J’ai promis et je tiendrai promesse. Toutefois, l’écriture peut prendre plusieurs formes et il m’en reste beaucoup à découvrir. Tant de choses ont changé depuis les vingt dernières années. Les gens ne lisent plus, du moins plus de la même façon. Je dirais plutôt qu’ils regardent. Ceux qui lisent vraiment sont l’exception. Quant à l’écriture, elle se transforme à la vitesse des médias sociaux. Les barrières tombent, les règles aussi. Il est heureux que le langage se démocratise et malheureusement, il perd aussi de sa civilité. L’opinion est accessible à tous ou presque et je crois sincèrement que c’est une victoire sur l’autoritarisme dément qui mène encore trop de peuples. Toutefois, chaque médaille ayant son revers, cette grande liberté montre aussi un portrait peu flatteur de la méchanceté, la vulgarité et l’animosité d’un trop grand nombre de personnes s’exprimant librement sur la grande toile mondiale. Les mots deviennent des couteaux, le verbe assassin et la phrase manipulatrice. Ce phénomène est maintenant devenu le plus grand bar ouvert de l’histoire de l’humanité, en réunissant autour d’une table grande comme le monde, tous les humains qui ne boivent pas nécessairement la même bière.

Un dernier verre

voilier (peinture) Alors, je vide mon dernier verre. Il reste trop à faire pour demeurer autour de la table jusqu’au « last call ». Je pourrai toujours y revenir si j’ai soif. En attendant, il reste des conférences à prononcer, des livres à publier même si les gens ne lisent pas, tant de toiles à immortaliser et tant d’aventures à réaliser. Tant de jours de voile, de coups de rames et de pagaies autour des bords de côtes avant qu’elles nous soient interdites, tant de voyages en petite moto, scooter ou bicyclette avant que les gouvernements, les compagnies et les assurances ne les réservent qu’aux mieux nantis, tant de petits bobos à soigner avant que les compagnies pharmaceutiques et les médecins ne réservent leur savoir et leurs services qu’aux plus offrants, tant à continuer d’apprendre avant que des despotes réalisent que le savoir des autres devient une menace pour eux.

Doris et moi

Tant à réaliser, avant que la mémoire oublie.

Capt mémoires 1   GG

Comments

comments


À propos de l'auteur

Georges Gaudet

Chroniqueur indépendant, conférencier sur divers sujets, rédacteur de documents corporatifs, écrivain et artiste peintre quand il me reste du temps. Il tient un blog depuis des années intitulé Des mots, des bateaux et des pinceaux.



4 Responses to Difficile décision

  1. julien landry a dit :

    J’ai toujours lu avec un grand plaisir les articles que vous écriviez dans le journal le Radar et je suis heureux de lire que vous continuerez de nous faire le plaisir de vos mots dans ce blogue.

  2. Anne-Marie Renaud a dit :

    On ne se connait pas vraiment mais c’est avec grand plaisir que j’ai toujours lu tes articles… Continues d’écrire, peu de gens savent le faire avec tant de franchise et de vérité. Tu nous manqueras mais les nouveaux horizons sont là qui t’attendent et la vie est si courte alors il faut en profiter.
    Merci Georges pour tes mots et bonne vie où qu’elle soit
    Anne-Marie Renaud (à Edouard, à Eusaric , à Théodore, à ……)
    Bassin

  3. pierrot bourgeois a dit :

    bonjour M.GAUDET
    je vous ecris juste pour dire comment c était plaisant,et je l espere,et que ce sera toujours un divertissement et un plaisir assuré de lire le blogue.longue vie a vous et vos écriture.merci

  4. Patrice jomphe a dit :

    Bonne chance dans tous tes nouveaux projets , Garde le contact!

    Amitiés. Patrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑