M. Phil etoile_bedecomics

Publié le 9 septembre 2016 | par Monsieur Phil

0

Comment voyager avec une étoile de mer féminine ?


Cette chronique est la suite de ma dernière chronique “ Comment voyager avec un …”. Oui, je sais que ça date un peu et qu’il s’est écoulé beaucoup d’eau sous les ponts depuis… D’ailleurs, je devrais aussi terminer et publier ma chronique « Comment procrastiner efficacement », commencée il y a quelques années… Mais je m’écarte du chemin… Je dois garder le cap… Je rappelle seulement qu’il s’agissait d’une sorte de défi consistant à écrire une chronique avec un titre généré au hasard, reprenant et modifiant le titre du livre d’Umberto Eco “ Comment voyager avec un saumon”.

Le transport
À première vue, voyager avec une étoile de mer peut paraître assez anodin, vu la taille habituelle des étoiles de mer. Elles se mettent facilement dans une valise – si elles ne sont pas vivantes. Il suffit de la glisser dans un des compartiments de sa valise, puis refermer les fermetures éclairs. Et voilà le travail! Fin de la discussion.

Par contre, cela se gâte énormément si les deux options suivantes se présentent : l’étoile de mer est vivante, ou l’étoile de mer est féminine. Et le niveau de complication, voire de complexité, se multiplie par 5 (le nombre de branches de l’étoile!) ou même 10, si l’étoile de mer est vivante ET féminine. Je plains le voyageur embourbé dans cette mer de problèmes. Comme le disent nos cousins européens, il boira certainement la tasse!

Une étoile de mer vivante implique une logistique beaucoup plus élaborée que si elle est morte ou sèche. Parce que pour maintenir l’étoile en vie, il faudra la laisser tremper dans l’eau. On se doute immédiatement des problèmes si l’on doit prendre l’avion avec du liquide. Si le “bassin” contenant l’eau et l’étoile a une capacité de plus de 100 mL, vous ne pourrez passer la sécurité ou les douanes. Mais à l’inverse, si le contenant est trop petit, il y a des chances que ce soit l’étoile qui s’étouffe et ne survive pas au trajet.

Admettons que l’étoile soit petite et que son contenant soit moins de 100mL. Que se passera-t-il si l’étoile doive être fouillée? Si elle est sujette à la fouille manuelle? Ou sujette au “scan” à rayon X et qu’on lui demande de lever les bras? Par lequel commencer? Faut-il tous les faire? J’imagine la tête du responsable de la machine à scan en voyant cela … À peu près toutes les compagnies mettront des bâtons dans les roues de ce projet, sauf peut-être celles du groupe Star Alliance, plus compréhensives avec tout ce qui touche aux étoiles …

Admettons que l’on a affaire avec la fameuse étoile de mer féminine. Une étoile de mer féminine, très féminine…. Des bijoux partout, des bagues, des colliers, du vernis à ongles (toujours en gros format, vu le nombre de pieds qu’elle doit peindre), un gigantesque sac à main pour emporter tous ces accessoires. Elle aura alors un autre problème sur les bras : un excédent de bagages ! C’est vrai que les compagnies aériennes nous prennent parfois pour des valises, mais la pauvre devra sortir plusieurs billets pour apporter tout son kit de beauté. Ah les étoiles de première classe!

À l’hôtel
Vous vous doutez qu’une fois rendue à destination, ce genre de princesses se réserve une suite dans un hôtel… 5 étoiles. Parce qu’elles sont douillettes et qu’elles désirent être traitées avec plein de petites attentions. Elles ne cherchent pas forcément un lit très grand – un queen suffit – mais elles sont des fans finies des traitements personnalisés, des massages thérapeutiques, des masques aux concombres (de mer) et autres bains moussants. Il est rare de les voir prendre des bains tourbillons, car cela les étourdit. Après une bonne nuit de sommeil, elles vont prendre un petit-déjeuner (tropical, pas continental) au resto de l’hôtel. Un grand bol de plancton et hop! La journée peut commencer du bon pied!

Les activités préférées
Les étoiles de mer font également la fine bouche lorsqu’il s’agit de choisir les activités à faire. Elles ont un penchant irrépressible pour le shopping dans les boutiques de luxe. Elles sont les spécialistes internationales du lèche-vitrine. Elles vont de boutiques en boutiques, multiples sacs à la main, et cherchent toutes sortes de fringues, si possible griffées. Elles cherchent aussi les bonnes affaires, car les bas prix, elles raffolent!

Si jamais elles devaient faire autres choses, leurs préférences – on s’en doute – vont vers les activités aquatiques où la chaleur est abondante. Oui pour les parcs aquatiques des Bahamas, oui pour une belle bronzette sur la plage de la Jamaïque ou une sortie en catamaran. Non au ski dans les Alpes Suisses. Non à l’escalade des montagnes du Népal et renon pour de la motoneige dans les contrées enneigées du Québec. Donc si vous leur proposer de monter vers le Grand Nord, cela va créer un froid entre vous.

En conclusion
Les étoiles de mer – surtout féminines – jouent les divas, les grandes stars. Le luxe et la première classe, c’est leur affaire. Ce n’est pas toujours simple de voyager avec elles, mais on ne s’ennuie jamais avec elles. Elles sont très divertissantes. Alors si jamais une étoile de mer féminine vous propose de l’accompagner pour un voyage, allez-y, mouillez-vous et partez avec elle. Vous pourrez prendre votre pied! Ou le sien… Ou les siens…

Tous ensemble, high five pour les étoiles de mer féminines!


Note : Les blogueurs sont responsables du contenu et des éléments qu’ils intègrent dans leur blogue sur ilesdelamadeleine.com.

Comments

comments


À propos de l'auteur

Monsieur Phil

Monsieur Phil est un touche-à-presque-tout, curieux de nature - et de technologies, aimant voyager dans le monde et dans sa tête. Il a un penchant certain pour l'humour, les jeux de mots et l'absurde. Dans ses chroniques, il aborde des thèmes variés, cultive le mystère et l’imagination, apporte le fruit de ses réflexions, raconte des histoires, présente ses découvertes et ses coups de coeur.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑