Actualité chasseurs-de-phoques-ile-brion

Publié le 20 avril 2017 | par Radio-Canada

Chasse aux phoques : Gil Thériault peu ébranlé par les propos de Gillian Anderson


Un article original de

Auteur 3


La sortie publique de l’actrice américaine Gillian Anderson contre la chasse aux phoques n’inquiète pas le directeur de l’Association des chasseurs de phoques intra Québec, Gil Thériault.

aetd-xfiles-film

David Duchovny et Gillian Anderson dans le film « X-Files : je veux y croire ».   Photo : AP Photo/20th Century Fox, Diyah Pera

Dans une lettre adressée au premier ministre Justin Trudeau, l’actrice américaine connue pour son rôle dans la série X-Files, réclame la fin de la chasse aux phoques. Elle ajoute sa voix à d’autres célébrités qui se sont prononcées contre, notamment Paul McCartney, Kelly Osbourne et Brigitte Bardot.

Elle ne parle pas de chasse, mais d’un « massacre » qui ne fait qu’empirer une situation déjà dramatique pour l’espèce animale, dit-elle, en plus de ternir la réputation du Canada.

Victime de désinformation

Gil Thériault n’y voit qu’une nouvelle victime de la désinformation véhiculée par des groupes activistes qui disposent d’importants budgets.

«Elle s’est fait communiquer plein de fausses informations. Elle n’a pas vérifié ses sources et elle a décidé d’ajouter sa voix à d’autres vedettes qui se sont déjà fait jouer le tour.»– Gil Thériault, directeur de l’Association des chasseurs de phoques intra Québec

« C’est la technique habituelle que les médias continuent de gober sans poser de questions », ajoute M. Thériault.

Selon lui, le marché n’est pas menacé. « Alors que les activistes disent qu’une quarantaine de pays ont fermé leurs frontières aux produits du phoque, ils omettent de dire qu’ils sont en demande dans 150 pays », relève-t-il.

Le phoque en surnombre

Pêches et Océans n’a pas réagi à la sortie publique de Gillian Anderson. Le ministre Dominic Leblanc réfléchit au contraire à autoriser une chasse plus intensive aux phoques gris, dont la population serait trop importante, avec des conséquences sur plusieurs espèces de poissons.

L’Union européenne, les États-Unis, le Mexique et d’autres pays ont interdit les produits à base de phoque à la suite de campagnes menées contre cette industrie.

 

Un texte de Brigitte Dubé
LA UNE : Chasseurs de phoques madelinots.   Photo : courtoisie Association des chasseurs de phoques Intra-Québec

Comments

comments





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑