Émotions Piste Casion 1

Publié le 5 mai 2017 | par Georges Gaudet

0

Souvenirs de 1967 (dernier texte d’une trilogie)


L’école polyvalente des Îles de la Madeleine (EPIM) – 1966/1967 (3/3)

Les années de tous les espoirs 

 Un beau voyage à l’EXPO-67.

EPIMIl y a des moments phares dans la vie et cette année-là vécue à la polyvalente des Îles ajoutée à l’évènement Expo-67 constituèrent l’essentiel d’un regard vraiment particulier sur la vie qui semblait tous nous attendre en cette fin d’adolescence.

Pendant que les ailes du DC-3 glissaient au-dessus de la plage du Corfu et laissaient derrière elles les Îles, je sentais déjà qu’un monde bien différent commençait à poindre devant nous tous, les 22 du frère Guy, comme il me plaisait de nous identifier. Remarquez que je n’ai nommé aucun d’entre nous et ce fut volontaire. J’ai eu trop peur d’en oublier quelques-uns ou de donner trop d’importance à l’un plutôt qu’à l’autre. Nous étions tous devant un avenir incertain, à la fois prometteur et quand même un tantinet angoissant. Du moins, c’est ce qu’il me reste de ces pensées, alors que je me laissais griser par le bruit particulier des deux moteurs de cet avion qui demeure encore aujourd’hui, mon préféré de toute l’aviation commerciale de par le monde.

Le vol vers Moncton en fut un de blagues, de chansons grivoises et de fous rires qui n’en finissaient plus. Ce voyage sans bavures fut suivi d’un repas à l’aéroport et un départ en autobus vers Rimouski. Le conducteur avait le pied lourd et en milieu de soirée nous étions déjà hébergés dans un couvent dont je ne me souviens plus le nom. Le lendemain, ce fut l’arrivée à Québec, cette ville dont j’étais tombé amoureux pour une première fois l’année précédente lors d’un échange étudiant. Les deux journées en cette ville furent une occasion de nous perdre dans les rues et rentrer au bercail à pied dans un autre établissement religieux, vers les 4 h du matin, aux grands soulagement de presque tous. Montréal nous accueillit le jour suivant et c’est là que nous nous sommes séparés après quelques visites initiales sur le site de l’Expo. Cet endroit allait devenir pendant plus d’un mois, ma découverte du monde, celui du moment, mais aussi celui d’un avenir qu’on disait rempli d’un millier de possibilités.

Le monde sur deux îles et un terrain de jeux.

Piste Casion 1Même si la guerre du Vietnam faisait rage et que de jeunes Américains traversaient la frontière pour éviter une conscription obligatoire dans leur pays, l’ensemble des puissances planétaires avaient leur pavillon en « Terre des Hommes », le thème de l’Expo. Guerre froide oblige, le pavillon de l’Union soviétique était sur l’Île Notre-Dame et en face, le pavillon des États-Unis, construit sur l’Île Sainte-Hélène. Tous les deux rivalisaient dans les présentations de leurs avancées technologiques, surtout dans la course vers la conquête de l’espace. Je me souviens aussi qu’on y présentait deux postes de télévision avec écrans couleur dans chaque pavillon respectif. Nous en étions encore au Noir & Blanc dans nos foyers et la critique était unanime à l’époque. L’écran couleur de l’Union soviétique était bien plus brillant et riche que celui des États-Unis. Par contre, « la boule » américaine, la « biosphère d’aujourd’hui », avait bien meilleure mine architecturale que son opposant russe. Ce dernier avait plutôt l’air d’un immense poulailler de verre avec une toiture ressemblant drôlement aux toilettes publiques qui sont actuellement sur le site de La Grave. Le pavillon de l’Angleterre avait l’apparence d’un volcan duquel sortait le Union Jack, celui de l’Allemagne avait des airs d’une immense tente alors que la France avait, de l’avis général, le plus beau pavillon de l’expo, aujourd’hui devenu le casino de Montréal. Québec ressemblait à un rubicube de verre couleur or et le pavillon du Canada était un immense atrium, surmonté d’une pyramide inversée. De mémoire d’époque, personne n’a jamais su expliquer le pourquoi d’une telle construction. Toutefois, le plus important était le contenu de ces pavillons. En deux semaines, j’avais fait le tour du monde et j’en connaissais plus en quelques semaines sur l’état de notre terre qu’en bien des années de cours d’histoire et de géographie sur les bancs d’école. Sur le plan technologique, les pavillons thématiques rivalisaient d’audaces et le pavillon Bell avec son écran circulaire faisait preuve d’une réalisation cinématographique encore actuelle aujourd’hui comme en témoignent les cinémas IMAX de ce monde, même s’il ne s’agit pas d’une technologie comparable. Bell était en avance sur son temps en 1967.

Je suis demeuré un mois chez un oncle qui habitait Verdun. On m’avait installé gratuitement dans le sous-sol au plafond de 5 pieds de hauteur alors que je mesurais 5’ 10″ et j’y étais heureux. Au pavillon de la Saskatchewan qui avait la forme d’un « teepee » autochtone, une jolie guide unilingue anglophone avait sollicité mon aide comme traducteur bénévole en français. Je lui ai tenu compagnie tous les jours à l’entrée du pavillon, me méritant ainsi mes billets d’autobus gratuits pour rentrer chez moi et aussi quelques billets gratuits pour beaucoup de manèges sur le site de La Ronde. Je me souviens d’ailleurs avoir essayé tous les manèges sans exception, même parfois avec le cœur sur le bout des lèvres, mais pas question de perdre la face devant le joli minois de cette autochtone.

Et c’est ainsi que s’est terminé cet été-là sur le site de l’Expo-67, le cœur léger, la tête remplie de découvertes et de projets. Je suis revenu aux Îles en début d’août et il fallait me préparer pour ce que j’ai appelé plus tard… la vraie vie. La ville de Québec, l’école J.F. Perreault, une chambre avec cuisine partagée entre huit personnes inconnues, un budget à respecter et deux emprunts étudiants pour passer l’année en plus de 80 $/mois venant de mes parents, ce qui devait payer loyer, nourriture, sorties et voyage de retour en fin d’année aux Îles. L’année de la polyvalente me semblait bien loin et pourtant. En 1968/69, de décembre à fin février, alors que j’attendais d’être accepté à l’entraînement de la GRC, on me demanda en catastrophe d’enseigner l’anglais en suppléance même si je n’avais aucune qualification pédagogique. La professeure d’anglais était tombée malade et on ne trouvait personne étant bilingue pour la remplacer. Ce fut une expérience merveilleuse et encore aujourd’hui, certains de mes élèves se rappellent les traductions que je les obligeais à faire de Simon & Garfunkel (The Sound of silence) et (Big blue frog) de Peter Paul & Mary. La récompense était d’en écouter la chanson après traduction, sinon, ils sortaient bredouilles de la classe. Le 5 mars 1969, j’entrais à l’entraînement de la GRC à Regina en Saskatchewan pour en sortir 101 jours plus tard, victime d’un incident cardiaque et en prime, indépendantiste convaincu, mais ça aussi, c’est une tout autre histoire.

Les dangers de l’oubli

Certains auront remarqué que je n’ai cité que des professeurs masculins. La chose s’explique. L’aile B de l’école était réservée aux filles et l’aile D aux garçons alors que très peu de professeurs du genre opposé traversaient… la frontière. Cela n’enlève rien à la valeur de celles-ci. D’ailleurs, nommer quelques-unes de ces enseignantes risque de créer de gros oublis. Cinquante années, c’est loin en mémoire et mes souvenirs me ramènent à des noms, des visages, des rires et des éclats de voix qui n’ont pas de genre. Alors, pour finir, j’ose en citer quelques-unes et quelques-uns quand même. Chantale Naud, Anita Blaquière, Rosaire Vigneault, Claude Vigneau, Théodoric Blaquière, Anne-Marie Deraspe, Louise Trottier, Hector Carbonneau, Mary-Ann Cormier, Denise Carbonneau, le bibliothécaire Frère Forest, toujours pince sans rire et que nous surnommions affectueusement « Greenwood », Francine Arseneau, Roméo Vigneau, Georges Leblanc, Yvette Monier, Patrick Richard et tant d’autres. Pardonnez-moi les oublis s’il vous plaît. Les professeurs de ces années-là formaient toute une équipe dédiée à notre éducation, ceci dit sans enlever quoi que ce soit au corps enseignant d’aujourd’hui. D’ailleurs, ne soyez pas surpris si je dis être convaincu que les enseignantes et enseignants d’aujourd’hui exercent une des professions les plus difficiles au monde et cela, sans toute une reconnaissance qui serait hautement méritée. En ce cinquantième anniversaire de l’existence de la polyvalente des Îles de la Madeleine, nous pouvons dire que les fruits de ce corps d’enseignantes et enseignants a contribué à faire de certains et certaines d’entre nous, des infirmières et infirmiers, des enseignants et enseignantes, des policiers et policières, des avocats et avocates, des chercheurs en laboratoire et même des politiciens et politiciennes dont Mme Denise Leblanc de regrettée mémoire, femme d’action et de convictions, députée des Îles de la Madeleine et ministre à l’Assemblée nationale du Québec. Certains et certaines sont tombés en chemin et c’est une des dures leçons de la vie. Je m’en voudrais d’oublier mon opposant à la présidence des étudiants de cette première année à la polyvalente, le regretté monsieur Roger Vigneau, un étudiant exceptionnel, dynamique et doté d’une flamboyante personnalité en plus d’être un sportif accompli. Salut le « bassigné ». Et « salut, salut » M. Jean Lapierre, plus jeune que nous d’une décennie, mais issu de ce même corps professoral et tragiquement disparu le 29 mars 2016. Alors, comment dire pour terminer ce troisième et dernier volet sur le demi-siècle de cette école sinon que : « Merci à vous toutes et tous, professeurs et professeures, membre du personnel de direction, de l’entretiens et du support adjacent à tout ce qui a contribué à faire de nous, des hommes et des femmes dignes de ce nom. Million de fois… MERCI!

Graduation CH

Georges Gaudet


À propos de l'auteur

Georges Gaudet

Chroniqueur indépendant, conférencier sur divers sujets, rédacteur de documents corporatifs, écrivain et artiste peintre quand il me reste du temps. Il tient un blog depuis des années intitulé Des mots, des bateaux et des pinceaux.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑