Actualité falaises-iles-madeleine

Publié le 17 juillet 2017 | par Radio-Canada

Deux Madelinots à la Conférence des Îles du monde


Un article original de

Auteur 3


Deux Madelinots ont participé à la Conférence des îles du monde à L’île Kangourou, en Australie, du 2 au 7 juillet dernier. Marie-Line Leblanc et Joël Arseneau ont présenté des conférences et discuté des enjeux de la vie sur une île avec des insulaires des quatre coins de la planète.

Les Conférences ont été organisées par un groupe de chercheurs universitaires qui s’interrogent sur le développement des milieux insulaires, explique le professeur en communication au Cégep de la Gaspésie et des Îles, Joël Arseneau. « Les gens des communautés sont invités à partager certaines expériences, observations, ce qu’ils vivent dans leur milieu ».

«C’est de vérifier si [les observations] sont transférables dans nos milieux, de la même façon que des groupes dans le domaine de la santé, de l’éducation, de la politique ou du journalisme vont se rencontrer annuellement pour se dire voilà comment on vit et comment on trouve des solutions à nos enjeux.» – Joël Arseneau, professeur en communication au Cégep de la Gaspésie et des Îles

La Madelinienne Marie-Line Leblanc, artiste et enseignante au campus des Îles, a présenté une conférence sur le développement de projets culturels et artistiques dans le contexte de l’insularité. Joël Arseneau a pour sa part abordé le développement d’un projet de territoire. C’est une démarche qui date de 2012 et qui a permis de mobiliser des insulaires pour dégager des pistes d’actions et de solutions.

Du pareil au même, d’île en île…

Joël Arseneau

Joël Arseneau,   Photo : Jean-François Deschênes

Joël Arseneau rapporte que les insulaires rencontrés vivent les mêmes réalités. « Il y une conviction que si les moyens gouvernementaux étaient mis en place pour favoriser un développement qui vient de la communauté, les choses pourraient s’améliorer de façon intéressante. Partout, on revendique de pouvoir décider pour nous-même les pistes de développement qu’on veut choisir », soutient le Madelinot.

«Les milieux insulaires et éloignés ont des besoins qui sont particuliers, et un attachement très fort des populations à leur territoire. Ils ont une volonté de développement, mais pas toujours les outils appropriés.» –  Joël Arseneau, professeur en communication au Cégep de la Gaspésie et des Îles

Selon Joël Arseneau, le tourisme est un axe de développement important. « Vous savez que la première industrie à peu près partout dans tous les milieux insulaires de la planète, c’est le tourisme. Mais est-ce que le tourisme est toujours contrôlé par les locaux ? Pas vraiment », conclut-il.

 

Un texte d’Élise Thivierge.

LA UNE : Les Îles-de-la-Madeleine Photo : Radio-Canada

 

Comments

comments





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑