Actualité tim-horton-iles-penurie-main-oeuvre

Publié le 10 septembre 2017 | par Radio-Canada

La pénurie de main-d’œuvre pèse lourd sur les employés aux Îles


Un article original de

Auteur 3


La pénurie de main-d’œuvre qui sévit aux Îles de la Madeleine comme ailleurs n’a pas que des conséquences économiques. Ses effets se manifestent aussi sur le plan humain.

Au restaurant Tim Horton de Cap-aux-Meules, il manque une quinzaine d’employés, ce qui a pour effet d’allonger les délais d’attente à certaines heures. Il arrive que certains clients manifestent durement leur impatience.

En accord avec son personnel, le propriétaire Patrick Chevarie a fermé son restaurant samedi. Tous réunis à l’extérieur, la direction et les employés ont rencontré la population pour la sensibiliser à cette réalité.

« Avec la pénurie de main-d’œuvre, explique M. Chevarie, on vit des diminutions de ventes et d’heures d’ouverture. Il y a moins d’employés sur le plancher donc il y a plus de travail, plus de pression. On voudrait servir plus rapidement, mais on ne peut pas parce qu’on n’a pas assez de monde! »

«Ça travaille beaucoup sur les humeurs, sur le vouloir de bien travailler. Ça devient très lourd pour les employés.» – Patrick Chevarie, propriétaire Tim Horton

M. Chevarie tient à souligner que ce manque de savoir-vivre ne concerne qu’une minorité de clients. Il ne regrette pas d’avoir mis cette initiative de l’avant. Selon lui, la population s’est montrée solidaire et le personnel a eu l’occasion de resserrer les rangs.

Bien d’autres commerces manquent de main-d’œuvre aux Îles. Quelques propriétaires sont venus en parler avec M. Chevarie. Il a une rencontre prévue avec la ministre Diane Lebouthillier cet automne pour proposer des solutions.

Présence de Germain Chevarie

germain-chevarie-depute

Le député libéral Germain Chevarie Photo : Line Danis

Le député libéral des Îles, Germain Chevarie, s’est arrêté pour discuter du problème. Il indique que des rencontres sont prévues cet automne pour mettre des solutions de l’avant.

Il confirme que les domaines des services, du tourisme et des pêches souffrent de cette pénurie. Selon une estimation approximative, il manquerait entre 100 et 150 personnes.

« Nous devrons attirer de nouveaux résidents, que ce soit des Québécois ou des immigrants, pour tenter de contrer la baisse démographique », envisage-t-il. À ce titre, M. Chevarie rappelle qu’une trentaine de Mexicains sont venus travailler à l’entreprise La Renaissance et que l’expérience s’est avérée concluante.

Il est en discussion avec la ministre Kathleen Weil, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.

 

Un texte de Brigitte Dubé
LA UNE : 
Les employés du restaurant Tim Hortons de Cap-aux-Meules ont voulu sensibiliser la population à l’importance du respect. Photo : courtoisie Patrick Chevarie

Comments

comments





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑