Sports hugo-barrette-rio

Publié le 4 octobre 2017 | par Radio-Canada

L’attention d’Hugo Barrette se tourne vers les mondiaux


Un article original de

Auteur 3


Le Québécois Hugo Barrette entreprend une préparation rigoureuse pour les Championnats du monde de cyclisme sur piste avec l’intention de montrer ce qu’il a dans les jambes.

Fort de trois victoires aux Championnats canadiens la semaine dernière, le Madelinot profitera d’un calendrier allégé cet automne en Coupe du monde pour se concentrer sur son principal objectif : performer aux mondiaux de février prochain.

« La saison de coupes du monde sera très courte cette année parce que je me prépare pour les Championnats du monde presque exclusivement », explique-t-il en entrevue téléphonique avec Radio-Canada Sports.

Vainqueur aux Championnats panaméricains à Trinité-et-Tobago en septembre au sprint, Hugo Barrette a une place assurée aux mondiaux dans cette catégorie. C’est pourquoi il se permet une petite pause pour améliorer sa puissance.

Il participera à seulement deux événements de Coupe du monde en décembre, à Milton, en Ontario, là où il s’entraîne, et au Chili. Le Madelinot est emballé de pouvoir montrer ce qu’il sait faire devant les gens qui le connaissent.

 

Un retour au keirin

De son propre aveu, au cours de la dernière année, Hugo Barrette n’a plus vraiment pratiqué le keirin et s’est plutôt concentré à améliorer son sprint. En fait, c’est depuis les Jeux olympiques de Rio que le cycliste québécois a un peu mis de côté la première catégorie en faveur de la deuxième.

« Je compte retourner au keirin et faire un entraînement un peu plus spécifique pour la discipline », affirme le principal intéressé, qui a tout de même remporté une médaille d’argent l’an dernier à Los Angeles dans cette catégorie.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il participe à deux événements du circuit en décembre : il doit se qualifier pour les mondiaux au keirin. Lorsque questionné sur le sujet, Hugo Barrette assure qu’il ne devrait s’agir que d’une formalité.

« Que je sois proche du podium ou dessus lors des deux coupes du monde, ça devrait être assez pour me qualifier aisément. »

Nouvel entraîneur, nouvelle approche

Depuis la fin du mois de septembre, le Madelinot suit les conseils du Français Frank Durivaux. Il affirme que ce changement d’entraîneur lui était nécessaire pour prendre une autre vitesse de croisière.

Hugo Barrette a toutefois tenu à souligner l’excellent travail qu’a fait son ancien mentor Erin Hartwell. Il assure que c’est le mélange des deux styles d’entraînements qui amélioreront ces performances.

« [Avec Erin Hartwell] on s’entraînait plus à l’ancienne, c’était très dur, on était en grande forme, mais on était souvent fatigué […] Avec Frank [Durivaux] il veut aussi une bonne forme, mais il met la priorité sur la vitesse pure », résume-t-il.

 

Nous verrons dès le mois de décembre si la base implantée par Hartwell et les nouveaux enseignements de Durivaux portent leurs fruits.

 

Un texte de Nicolas Boni-Rowe
LA UNE : Hugo Barrette aux Jeux olympiques de Rio Photo : La Presse canadienne/Pavel Golovki

Comments

comments





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑