Actualité homard

Publié le 10 octobre 2017 | par Radio-Canada

Taille minimale de la carapace : les pêcheurs de homard de l’Î.-P.-É. mécontents


Un article original de

Auteur 3


La hausse de la taille minimale des homards qu’il est permis de pêcher coûte cher à des pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard.

Certains d’entre eux ont vu leurs prises diminuer du quart par rapport à l’an dernier.

Des pêcheurs ont rapporté au quai de 2000 à 3000 kilos de moins de homard cette année, ce qui équivaut au quart de leurs prises habituelles.

Cette année, les pêcheurs de la zone 25, dans le détroit de Northumberland, ne pouvaient pêcher des homards dont la taille de la carapace était inférieure à 75 millimètres, comparativement à 72 millimètres l’an dernier.

Cette augmentation de la taille minimale de la carapace est une mesure qui vise à protéger la ressource et à consolider les prix.

La taille de la carapace minimale passera de 72 mm dans les dernières années à 77 mm en 2018.

La taille minimale de la carapace minimale est passée de 72 mm en 2016 à 75 mm cette année et augmentera à 77 mm l’an prochain.   Photo : ICI Radio-Canada

Voir le reportage au Télé-journal de Radio-Canada

Une autre hausse l’an prochain

La situation risque de s’aggraver pour les pêcheurs l’an prochain, puisque la taille minimale de la carapace sera portée à 77 millimètres.

Un pêcheur d’Abram-Village, Paul Gallant, trouve injuste que des zones voisines puissent pêcher des homards plus petits.

« On est tous des humains, on paie la même taxe à la fin de l’année. S’ils [augmentent la taille minimale dans] des parties comme la zone 25 et d’autres zones du nord du Nouveau-Brunswick, pourquoi ils [ne l’augmenteraient pas dans] le district 24 et 26, qui monteraient d’un millimètre par an, jusqu’à temps qu’ils nous rattrapent? »

Paul Gallant, pêcheur de homard d'Abram-Village

Paul Gallant, pêcheur de homard d’Abram-Village Photo : Radio-Canada

La mesure est appuyée au Nouveau-Brunswick

Du côté du Nouveau-Brunswick, toutefois, la plupart des pêcheurs, comme Jean-Pierre Cormier, s’accommodent bien de la taille minimale à respecter.

« J’en ai jeté beaucoup à l’eau, mais je vais dire de quoi. C’est juste du surplus pour moi pour l’année prochaine. Ceux que j’ai jetés à l’eau, c’est des petits homards. L’année prochaine, je le ramasse comme un gros! »

Le pêcheur néo-brunswickois Jean-Pierre Cormier s'accomode bien de la nouvelle taille réglementaire de la carapace du homard.

Le pêcheur néo-brunswickois Jean-Pierre Cormier s’accomode bien de la nouvelle taille réglementaire de la carapace du homard. Photo : Radio-Canada

Les pêcheurs de la zone 25, à l’Île, auraient aimé une année de répit avant une nouvelle hausse de la taille minimale des homards.

Leur saison de pêche s’est terminée en fin de semaine.


À lire aussi :

 

D’après un reportage de Jean-Luc Bouchard
LA UNE : La taille des homards au coeur de discussions à l’I.-P.-E. / Radio-Canada

Comments

comments





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑