Actualité ctma

Publié le 27 décembre 2017 | par Magazine les Îles

CTMA : plus de 30 millions $ de retombées, ça aide à faire rouler l’économie des Îles!


Un article original publié dans

Auteur 48


On dit que la CTMA fait partie des joueurs économiques majeurs de l’archipel. Comment? Pourquoi? Voyons de plus près l’impact positif réel de cette coopérative de transport sur la population.

Là où tout a commencé

C’est le 28 mai 1944 que tout a commencé pour la coopérative de transport maritime et aérien. Un groupe de Madelinots déterminés, avec à leur tête Ovide Hubert, ont mis sur pied cette coopérative unique en son genre, avec une mise de fonds de 65 000 $, une somme faramineuse pour l’époque. Ayant comme objectif de doter les Îles d’un transport maritime abordable et adapté à leurs besoins. C’était ainsi le début d’une longue histoire…

ctma1Tout droit sorti des chantiers de J.B. Melançon & Fils en Nouvelle-Écosse, le N.M Maid of Clare, tout premier bateau de la CTMA, effectuera son premier voyage en juin 1945, entre les Îles et Halifax. L’année 1972 est marquée d’un événement clé dans l’histoire de la CTMA par la mise en service de type Ro-Ro (Roll-on/Roll-off) du navire N.M Manic, qui permet désormais le transport de voitures et de camions en plus des passagers et des marchandises. Ce nouveau service reliant les Îles de la Madeleine et l’Île-du-Prince-Édouard a servi de tremplin pour l’industrie de la pêche et de point de départ pour l’industrie touristique de l’archipel. Ce n’est que 25 ans plus tard que le N.M Madeleine prend la relève pour assurer la liaison entre l’archipel et Souris.

L’achat local, au cœur des priorités de la CTMA

Des biens et services de toutes sortes sont nécessaires afin d’assurer le bon fonctionnement de tous les secteurs d’activités de la CTMA.

4 navires, 3 remorqueurs, 3 barges, 2 dragues, 2 édifices à bureaux, 1 entrepôt, 1 garage, 1 terminal de croisière, 21 camions et 90 remorques, ça en fait des infrastructures ici aux Îles!

ctma2De la nourriture à la papeterie, des services et produits d’entretien aux pièces mécaniques, tout ce que la CTMA peut acheter localement, elle le fait. Si bien que chaque année, près de 10 millions $ sont dépensés chez les différents fournisseurs des Îles.

Par exemple, tous les navires de la CTMA nécessitent de la soudure, et des investissements considérables y sont consacrés. Parmi les types de travaux, on compte la construction de cloisons d’acier permettant l’étanchéité, le remplacement du bimétal acier/aluminium sur les accommodations ou encore le remplacement des bossoirs des chaloupes de sauvetage. La grande majorité des travaux de soudure, à l’exception de ceux qui nécessitent une cale sèche, est maintenant effectuée par des gens d’ici, soit l’équipe de Soudure Techn’Îles. Lorsque vient le temps de faire l’usinage des pièces, la CTMA fait appel aux machinistes locaux, comme l’atelier Roch Boudreau. Pour des travaux d’usinage de haute précision, la CTMA contacte OSM Atlantique, une entreprise madelinienne qui a vu le jour en décembre 2015. Voilà ce qui arrive lorsque l’on fusionne la détermination de Madelinots et la volonté de la CTMA à contribuer significativement à l’économie locale.

Investir et favoriser le développement du milieu

Parmi les achats locaux, on retrouve des investissements majeurs qui ont un impact direct sur le développement économique du milieu.

Par exemple, un agrandissement majeur du garage de CTMA Agence maritime, situé dans le parc industriel de Lavernière, a engendré en 2015 des retombées dans le secteur de la construction. Une mise à niveau de cette infrastructure était devenue nécessaire avec les années.

Mission sociale

En plus du volet économique, la CTMA octroie près de 175 000 $ en dons et commandites chaque année aux Îles. Que ce soit la jeunesse, la santé, la culture et les événements, la CTMA soutient de nombreuses causes.

Au cours de la dernière année, près de 85 organismes locaux ont bénéficié de dons ou commandites provenant de la CTMA.

Faire rayonner les Îles

Sur le plan touristique, en plus de transporter les visiteurs jusqu’aux Îles, la CTMA poursuit ses investissements publicitaires soutenus. C’est plus de 300 000 $ qui sont investis annuellement pour faire rayonner les Îles partout au Québec et ailleurs au Canada. Que ce soit à la télévision, dans les journaux, dans les magazines ou sur le Web, tout est mis en œuvre pour inciter les voyageurs à choisir les Îles de la Madeleine comme destination de vacances.

CTMA, l’employeur

Les exemples précédents démontrent bien les diverses implications sociales et économiques de la coopérative dans le milieu. À cela s’ajoute également son rôle d’employeur : la CTMA offre de l’emploi, permanent ou saisonnier, à plus de

500 personnes, ce qui représente une masse salariale de 20 millions $. Tous ces employés, qui ont des conditions de travail concurrentielles par rapport à la situation de l’emploi sur l’archipel, peuvent à leur tour participer au roulement de l’économie locale.

Avec ce survol, on comprend mieux l’impact de la CTMA sur l’économie des Îles. Au total, c’est plus de 30 millions $ de retombées chaque année. Avec tous ces chiffres, il n’y a aucun doute que la mission de la coopérative est toujours bien vivante.

Publireportage
© Magazine LES ÎLES

Comments

comments





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑