Actualité cms5293.jpg

Publié le 12 septembre 2012 | par Webmestre

0

Consultation sur la nouvelle carte électorale fédérale


La Commission du Québec de délimitation des circonscriptions électorales fédérales, présidée par le juge Jules Allard, entame cette semaine sa tournée régionale en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent.Tous les 10 ans, le nombre de circonscriptions fédérales et leurs limites sont révisés pour refléter les mouvements et la croissance de la population.Cet exercice prend cette année une teinte bien particulière dans l’Est-du-Québec puisque la Commission propose l’abolition de la circonscription Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia. Les citoyens de ces quatre MRC seraient désormais appeler à voter dans la seule circonscription Gaspésie-Les Îles.Le nombre de circonscriptions fédérales dans l’Est du Québec passerait ainsi de quatre à trois. Les trois circonscriptions de l’Est-du-Québec deviendraient les plus peuplées et seraient parmi les 11 plus vastes du Québec.Les premières audiences se sont déroulées la semaine dernière à Saguenay. Cette semaine, la Commission s’arrête mardi à Gaspé. Sept personnes seront entendues dont les représentants de la Conférence régionale des élus et de la MRC d’Avignon. Chaque intervenant dispose d’une quinzaine de minutes pour exprimer ses commentaires.Mercredi, la Commission siége à Matane où 14 intervenants sont attendus. La tournée régionale se termine vendredi à Rivière-du-Loup où huit personnes ou organismes ont manifesté leur intérêt à participer au processus.Selon le juge Allard, la faible participation aux audiences est en partie due à la réduction des délais pour participer à la consultation.Autrefois, note le juge Allard, les citoyens avaient 67 jours pour donner leur avis sur les modifications aux délimitations électorales. Cette fois, les gens ont disposé de 27 jours pour faire connaître leurs commentaires.La publicité entourant le processus de consultation, qui s’est amorcé au début de l’été, a aussi coïncidé avec le début de la campagne électorale du Québec ce qui est bien involontaire, ajoute le juge.Ce dernier rappelle que le processus est important et qu’il est à l’écoute des gens. « C’est pour, explique le président de la Commission, prendre d’eux le meilleur qui nous permettra de faire une carte électorale qui serait dans les circonstances idéales. On n’a rien à gagner, on est indépendants du gouvernement. Qu’on nous donne des alternatives et si elles sont acceptables en vertu de la loi… »Une refonte importanteLe président de la commission explique que la Commission ne fait pas disparaître la circonscription à la légère. « Même pour nous, faire disparaître une circonscription électorale, ce n’est pas une mince affaire », commente le juge.Le président explique que la Commission calcule qu’une circonscription idéale, selon un Québec de 78 circonscriptions, devrait compter 101 123 électeurs. Présentement, la circonscription de la Haute-Gaspésie-La Mitis-Matapédia-Matane compte 73 140 électeurs, celle de la Gaspésie-Les Îles, 82 007 électeurs et celle de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, 84 453 électeurs. « Dans un cas, on est très loin de la marge de manoeuvre de 25 % », relève le juge Allard.Toutefois, la proposition de la Commission entraînerait des changements majeurs, notamment dans le sud-ouest de la Gaspésie.Les Gaspésiens qui vivent dans la région des Plateaux, ceux de la réserve de Listiguj ainsi que l’essentiel des résidents de la Vallée de la Matapédia feraient désormais partie de la nouvelle circonscription de Rimouski.La MRC d’Avignon a déposé d’ailleurs un mémoire, mardi, à Gaspé, pour remettre en cause ce découpage qui lui ferait mettre pied dans la circonscription de Rimouski et l’autre dans celle de Gaspésie-Les Îles. Cette division préoccupe Bertrand Berger qui est aussi préfet de la MRC d’Avignon : « Je laisse toujours la chance au coureur. Le juge Allard a dit publiquement que ce n’était pas coulé dans le béton. J’ose espérer qu’un élément comme la fracturation de la MRC d’Avignon soit considéré. »Bertrand Berger, qui est aussi président de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie et des Îles (CREGIM), soutient par ailleurs que la circonscription actuelle de la Gaspésie-Îles de-la-Madeleine respecte la loi électorale et qu’il n’est pas nécessaire de supprimer une circonscription rurale pour en créer une autre dans les grands centres.Selon la proposition de la Commission, la nouvelle circonscription de la Gaspésie compterait 111 761 électeurs.C’est beaucoup trop pour une circonscription rurale, croit M. Berger. « On doit tenir compte dans le redécoupage des circonscriptions électorales de la représentation effective et qu’on doit tenir compte de l’étendue du territoire et du nombre de municipalités », explique le président de la CREGIM. Bertrand Berger fait valoir que la population de la Gaspésie est en augmentation et qu’il n’y a aucune raison de penser que la région ne continuera pas sur cette lancée.VoteLes gens avaient jusqu’au 27 août pour s’inscrire aux audiences, mais tous les citoyens et organismes qui veulent déposer des mémoires peuvent le faire jusqu’au 15 novembre sur le site Internet de la Commission.Dans l’ensemble du Québec, trois nouvelles circonscriptions feront leur apparition.Au pays, 10 commissions de délimitation des circonscriptions électorales ont été créées afin de revoir l’ensemble de la carte électorale.Chaque commission agit de manière indépendante. Celle du Québec prévoit déposer son rapport le 21 décembre à la Chambre des communes. Un comité sera alors mandaté pour recevoir les commentaires écrits des députés. Ces commentaires seront retournés à la Commission.Les commissaires du Québec prévoient déposer un document final à Élections Canada en juin 2013.

Pour en savoir plus cliquez ici


À propos de l'auteur

Webmestre




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑

X