MAG Photo-Bernard-Cyr-1

Publié le 30 mars 2015 | par Magazine les Îles

0

Bâtisseur d’ici : Bernard Cyr


Un article original publié dans

Nicolas Arseneau – collaboration spéciale

Bernard Cyr est certainement l’un de ces hommes d’affaires qui a marqué le paysage entrepreneurial au cours des dernières décennies aux Îles-de-la-Madeleine. Celui qui vit désormais au Nouveau-Brunswick a su profiter de ce départ volontaire pour étendre son pouvoir d’affaires en terre acadienne, sans toutefois ne jamais oublier sa région d’origine. En effet, c’est après des études au Collège St-Pierre à l’Étang-du-Nord que Monsieur Cyr se dirige vers l’Université de Moncton où il décroche un baccalauréat en commerce dans les années 60. La première marche est alors franchie pour celui qui deviendra un joueur important, entre autres dans le secteur de l’hôtellerie et ce, à travers les Maritimes.

Pizza Patio, le premier projet…

Screen Shot 2015-03-30 at 14.16.54

Avril 1989 – Le #1 des Restaurants Pizza Delight au pays. Francine Daigle, Bernard Cyr, Jean-Claude Cyr et Louis Ouellet.

C’est en 1978 que Bernard Cyr inaugure son premier commerce dans son lieu d’origine, plus précisément à Cap-aux-Meules. Un restaurant familial de 30 places, Pizza Patio (sous la bannière de Pizza Delight) est alors érigé dans son propre mini centre commercial, les Promenades Cyr, situé sur le chemin Principal en face du débarcadère.

Ce n’est qu’en 1985 que le réputé restaurant familial change d’emplacement pour répondre à une clientèle de plus en plus nombreuse. Situé dorénavant sur le chemin Principal, en face de l’hôpital, il est maintenant possible d’y accueillir environ 85 personnes. Quelques années plus tard, il est convenu d’ajouter une verrière qui permet 38 places supplémentaires. En 1998, le restaurant Pizza Patio se dissocie de sa bannière pour devenir le restaurant familial La Patio, où une rénovation complète est mise de l’avant.

… D’une longue lignée

Screen Shot 2015-03-30 at 14.16.47

Juillet 2000 – Convention Tim Hortons

En 1986, rattaché à ce restaurant, l’ambitieux homme d’affaires construit un bar et huit allées de quilles complètement informatisées à la fine pointe de la technologie, soient La Trouée et Madeli-Quilles. Quelques années plus tard, en 1990, il fit l’acquisition du terrain adjacent au commerce et y érigera l’Auberge Madeli-Inn. Cet hôtel comprend alors 64 chambres, dont quatre suites, et deux salles de réunion. En 1995, La Trouée cède sa place au Dooly’s, une salle de billard de huit tables informatisées qui comprend également un bar. Une franchise supplémentaire pour cette chaîne de salons de billards, appartenant à Monsieur Cyr, qui comprend 82 salons un peu partout à travers les maritimes, le Québec et l’Ontario.

En 1995, Bernard Cyr n’est pas au bout de ses ambitions et ouvre un restaurant Tim Hortons sur un autre terrain du chemin Principal à Cap-aux-Meules. Quatre ans plus tard, il cède l’Auberge Madeli-Inn, mais un autre projet trotte dans la tête du passionné homme d’affaires, soit un cinéma dont la construction débute en septembre 2000.

Début des travaux de construction du TIim Hortons. De gauche à droite : Gilles Poulin, Bernard Cyr, Robert Gaudet, Émile Cyr et Denis Morency.

Le complexe cinématographique le Cinéma Cyrco offrira finalement une salle de visionnement qui compte pas moins de 194 sièges. Laissant vacant une partie du bâtiment d’envergure, Monsieur Cyr y voit l’occasion d’offrir, quelques années plus tard, différentes franchises de restauration rapide tels A&W, puis un peu plus tard, Subway.

Au début des années 2010, Bernard Cyr décide de se départager de certains de ces commerces en proposant au gérant actuel des établissements M. Patrick Chevarie et à sa nièce Mme Jessica Cyr d’en assumer la direction. C’est ainsi que Monsieur Chevarie pris en main le Tim Hortons ainsi que le complexe Cyrco tandis que Madame Cyr et son conjoint reprirent les rênes de La Patio, du Dooly’s et de la salle de quilles.

À travers les maritimes : Dooly’s et compagnie

Tel que mentionné ci-haut, Monsieur Cyr est reconnu pour être le propriétaire de 18 Dooly’s en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, puis le franchisé de cette même chaîne pour pas moins d’une soixantaine de locations au Québec et dans les quatre provinces de l’Atlantique canadienne. Pourtant le décompte ne s’arrête pas là, puisqu’il est également le propriétaire d’une chaîne de quatre hôtels, soient le Best Western (Dieppe), le Château Bedford, le Château St-John et bien sûr le réputé Château Moncton ainsi que du restaurant-bar Le Gallant à Rogersville au Nouveau-Brunswick.

Sa gouverne s’étend ainsi sur pas moins de 400 employés directs et 800 indirects. Ce dernier a également été propriétaire de plusieurs propriétés commerciales au cours des derniers 25 ans. Bernard Cyr a ainsi construit un véritable empire en marge de ses accomplissements sur son territoire natal, ce n’est pas rien.

Un homme qui a le cœur sur la main

Bernard Cyr a occupé divers postes importants, mais pas seulement au sein de ses propres entreprises. Le réputé homme d’affaires a pris part à différents conseils d’administration et comités spéciaux. Il a également reçu bon nombre de reconnaissances prestigieuses tout au long de sa carrière dont un doctorat honorifique de l’Université de St-Anne en 2000 et un second de l’Université de Moncton en 2002. Il sera même élu au Temple de la Renommée de la province du Nouveau-Brunswick en 2008.

La multiplication des projets et par le fait même, les horaires incroyablement chargés ne l’empêchent pourtant pas de s’impliquer et de donner au sein de différents organismes ainsi que pour maintes causes. Il s’est d’ailleurs engagé, entre autres, de façon importante à la réussite de l’Institut atlantique de recherche sur le cancer (IARC). Le généreux homme d’affaires a, en ce sens, promis avec Dooly’s inc. d’amasser des fonds au rythme d’un million de dollars sur plus de dix ans.

Avec la mise en place de ces différents commerces, M. Bernard Cyr a toujours voulu offrir à la population des Îles de la Madeleine des produits de qualité et variés qui savent plaire à tous. Et, en retour, les madelinots en sont très reconnaissants en étant fidèles à ces différentes institutions à travers les années. En terminant, nous souhaitons donc à Monsieur Bernard Cyr de continuer de briller dans le domaine des affaires à son rythme, pour plusieurs années encore. Qu’importe où il étendra ses tentacules entrepreneuriales, il restera un fier ambassadeur de la région madelinienne dont nous en serons toujours très fiers.

Bravo Monsieur Cyr!

 

 

LA UNE : Bernard Cyr, président et chef de la direction du groupe Gestion Cyr Inc.
Source : Magazine LES ÎLES

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑

X