MAG eoliennes

Publié le 7 juillet 2016 | par Magazine les Îles

2

Projet de parc éolien : 12 000 tonnes de moins de GES aux Îles-de-la-Madeleine


Un article original publié dans

Le parc éolien des Îles-de-la-Madeleine

La Régie intermunicipale de l’énergie (Régie) de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, en collaboration avec un partenaire privé qui sera sélectionné à la suite du processus d’appel de propositions lancé par Hydro-Québec, souhaite ériger un parc éolien dans le secteur de la Dune-du-Nord. L’objectif est de réduire le coût et l’empreinte écologique de la production d’énergie en diminuant la consommation d’hydrocarbures à la centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine. Ce projet aura pour effet de réduire de 12 000 tonnes l’émission de CO2 dans l’atmosphère, ce qui représente près de 10 % des GES émis par la centrale thermique. Cette diminution représente environ les émissions combinées de 5 000 véhicules, soit la totalité des automobiles immatriculées aux Îles-de-la-Madeleine (en excluant les camions, véhicules hors route et deux roues).

Le parc éolien comprendra 2 à 3 éoliennes dont la hauteur des nacelles pourrait atteindre 100 mètres. Le parc produira 6 mégawatts (MW) d’énergie éolienne qui sera couplée à la production de la centrale, garantissant ainsi la sécurité d’un approvisionnement de qualité en continu à la population et aux industries.

promoteurs

Le site

L’implantation d’éoliennes est un défi important, particulièrement dans un milieu aussi restreint et pittoresque que l’archipel madelinot. C’est pourquoi des consultations publiques ont été organisées afin de dégager un consensus sur l’emplacement du site. C’est le secteur de la Dune du Nord, situé entre la Pointe-aux-Loups et la Grosse-Île, qui a été choisi. Il s’agit d’une portion du milieu dunaire qui est assez large et stable en plus d’être située près de la route et de la ligne de transport d’Hydro-Québec. Le site choisi se situe à proximité des installations industrielles de Mines Seleine. La Municipalité a fait ce choix conformément aux aspirations et aux orientations de la communauté en matière d’harmonisation des usages. Elle a alors obtenu toutes les approbations gouvernementales requises du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) qui a lui-même consulté les autres ministères concernés, dont celui du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

implantation

Les habitats floristiques

Certains s’inquiètent au sujet d’une espèce floristique vulnérable : le corème de Conrad. Il compte 5 habitats reconnus par le gouvernement du Québec, totalisant 437,82 hectares (4 habitats dans Les Sillons et un habitat dans la Dune du Nord). Le projet de parc éolien nécessitera moins de 4 hectares pour l’implantation des éoliennes, ce qui représente moins de 1% de la superficie totale des habitats de cette plante sur l’archipel.

À cause de la présence de cet habitat floristique, en regard de la loi, le MDDELCC ne peut accorder d’autorisation pour l’implantation d’éoliennes dans la zone prévue. Toutefois, la loi prévoit aussi que le ministre peut accorder une dérogation en suivant une démarche légale spécifique qui comprend également un processus de consultation publique. La Régie est confiante qu’il est possible d’implanter les éoliennes en ayant un impact minimal, voire nul, sur le corème de Conrad, notamment en utilisant les espaces déjà humanisés à même son habitat, soit les chemins existants et les anciennes carrières et sablières.

Considérant que le projet éolien n’entraînerait que très peu d’impact négatif sur l’habitat floristique et sur l’environnement en général et que l’implantation d’éoliennes couplées avec la centrale d’Hydro-Québec représenterait un gain environnemental important en plus de retombées économiques non négligeables pour la communauté, des discussions sont en cours entre les différents ministères concernés et il est à espérer qu’ils arriveront à dénouer cette impasse et que le projet pourra voir le jour.

Particularités économique et sociale en éolien

La technologie éolienne, source d’énergie propre, est déjà bien présente au Québec où elle a fait la démonstration de son efficacité et de sa rentabilité avec 3 256 MW installés. Plusieurs parcs éoliens sont en activité dans les Maritimes et dans l’Est américain, dans des contextes similaires, et ont démontré leur résistance à des conditions climatiques difficiles.

L’éolien est pratiquement le seul secteur de l’énergie où une communauté peut s’associer à un promoteur privé et obtenir une part importante des bénéfices et des pouvoirs de décisions dans un projet. Dans le cas des Îles, Hydro-Québec a justement choisi de faire du projet éolien des Îles-de-la-Madeleine un projet communautaire.

historique

Par la Régie intermunicipale de l’énergie de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine
PHOTOS : LA UNE : Shutterstock / 2 – Municipalité des Îles-de-la-Madeleine / 3 – Ruralys

Source : Magazine LES ÎLES



2 Responses to Projet de parc éolien : 12 000 tonnes de moins de GES aux Îles-de-la-Madeleine

  1. andré grenier a dit :

    Vous pourriez installer les éoliennes à 15 km des côtes, comme cela personne ne se plaindrait qu’elles défigurent le paysage.De plus l’ajout de batteries ,comme celles développées par Tesla’, permettrait de compenser les variations de vent.

  2. Bona Chevarie a dit :

    Après plus de quarante ans d’analyse et d’expertise sur les bénéfices de l’énergie éolienne, il est grand temps que nos Iles se dotent d’une énergie verte qui les représente vraiment, celle du VENT. Bravo aux décideurs et bravo aux madelinots. Je rêve du jour où les Iles seront énergiquement indépendantes et deviendront un modèle de l’énergie renouvelable au Canada. Puisque ce processus d’analyse est si long et pénible, commençant dès maintenant à planifier notre politique énergétique et à prévoir l’agrandissement du parc éolien, l’ajout de l’énergie solaire et possiblement, celle que pourrait apporter les marées. Ainsi donc, avec toute cette énergie verte disponible aux Iles— dans quelques années, pourquoi garder autant de voitures et bateaux à moteurs au carburant? Faisant du même coup, la promotion de la voiture et du moteur électrique ou du moins, des véhicules à moteur avec biénergie! BON VENT!

Répondre à andré grenier Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑

X