Archives eglise-st-andre

Publié le 22 mai 2017 | par Webmestre

0

Éphémérides : Levée de la première pelletée de terre de l’église de Cap-aux-Meules.

Auteur 1


22/05/1967 Levée de la première pelletée de terre de l’église de Cap-aux-Meules.

La paroisse Saint-André de Cap-aux-Meules est issue de la trop grande paroisse de La Vernière et par conséquent, la plus jeune paroisse des Îles de la Madeleine. Inaugurée en 1966 sous la gouverne du Père Lionel Lafrance. D’un style résolument moderne, courant initié sur l’archipel par la construction de l’église de Havre-Aubert, celle de Cap-aux-Meules établissait alors un tout nouveau et audacieux concept de construction. En effet, sous une apparence relativement simple, une structure d’acier en pointe de clocher se cache sous un recouvrement de bois dont la base est recouverte de pierre.

phases

Phases de la construction de l’église en mai 1967. Source : Cécile Vigneau

googleD’une simplicité presque déconcertante, le fidèle se sent presque écrasé sous les immenses poutres de bois qui semblent être soutenues de nulle part alors que tout au fond du chœur, un Christ détaché de la souffrance de la croix, donne l’impression d’apparaître dans un trait de lumière naturelle qui émane de l’immense baie vitrée encastrée dans la structure du clocher. Plus le fidèle approche de la balustrade, plus il a l’impression d’avancer vers la lumière céleste. Afin d’en arriver à cet effet, les besoins en construction furent un véritable tour de force d’autant plus que l’apparence extérieure souhaitée se voulait le symbole d’une colombe. Alors que la place centrale de tout l’édifice en fait le corps extérieur, une partie administrative à l’est et la partie correspondante du côté ouest consacrée au presbytère, forment du haut des airs, le dessin presque parfait d’un oiseau dont les ailes seraient déployées. En somme, il s’agit effectivement d’une représentation de l’Esprit Saint sous la forme d’une colombe. Avec la construction de ce deuxième lieu de prière moderne, le temps des cathédrales gothiques ou classiques était bien révolu. Comme la Foi, l’architecture des lieux de prières entrait dans une autre époque. 1

1 Extrait tiré du Magazine LES ÎlES – Été 2014.

Comments

comments


À propos de l'auteur

Webmestre




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑