Actualité ccim

Publié le 22 décembre 2017 | par Magazine les Îles

Gestion locale du principal outil de développement : Ne pas prendre le risque de le perdre


Un article original publié dans

Peu importe l’angle d’analyse, la Chambre de commerce des Îles ne peut qu’arriver à la conclusion qu’un service de traversier exploité par une entreprise étrangère sera néfaste pour les Madelinots.

Elle demande donc que le Gouvernement du Canada retire la traverse Cap-aux-Meules – Souris du processus d’appel d’offres envisagé et qu’il négocie un contrat à long terme avec CTMA, au bénéfice des Madelinots.

CTMA est la plus importante entreprise, le plus gros employeur et le plus gros acheteur non gouvernemental dans l’archipel. L’effet de la perte de ce contrat serait considérable.

ccim2Sur les emplois directs :

• Les emplois liés au siège social, à la centrale de réservation et autres services à terre sont menacés.

• Comme il sera probablement plus économique d’opérer à partir de Souris que de Cap-aux-Meules, le risque que des Madelinots occupent de moins en moins d’emplois directs en mer est grand.

Sur les emplois dans les entreprises de l’archipel :

• CTMA s’approvisionne d’une grande quantité de produits et de services, aux Îles.

• Elle est le plus gros client, ou un des plus gros clients, pour un nombre important d’entreprises de l’archipel.

• La présence d’un client comme CTMA assure un volume suffisant à plusieurs entreprises, pour les maintenir en opération et être en mesure d’offrir le produit ou le service aux Madelinots.

• La rentabilité de plusieurs entreprises et les emplois liés sont mis à risque par un changement d’opérateur.

Sur les perspectives de carrière des jeunes

Madelinots :

• La présence sur le territoire du siège social de CTMA, de son expertise en gestion et en opération, offre des débouchés pour les jeunes, diplômés ou non, dans des secteurs très variés.

Sur la capacité de discuter avec la direction du transporteur :

• La gestion du flux marchandises / résidents / visiteurs est complexe et souvent frustrante. La capacité de trouver des solutions est plus grande avec une direction locale qu’avec une direction étrangère.

• Les dirigeants de la coopérative locale vivent dans la communauté, ont des enfants ou des petits enfants qui vivent dans la communauté. Ils souhaitent, malgré les défis de gestion, faire pour le mieux dans l’objectif que la communauté se développe.

Sur la concurrence :

• Cet appel d’offres ne créera pas de concurrence dans le déploiement du service aux Îles, au contraire. Le résultat sera un monopole ayant son centre de décision ailleurs que dans l’archipel.

• Le souci d’économie lié à l’appel d’offres n’améliorera pas le service ou les tarifs pour les Madelinots, au contraire.

L’économie madelinienne est composée principalement de PME, dont la plupart des quelque 200 entreprises membres de la Chambre de commerce des Îles. La présence d’une entreprise de l’envergure de CTMA, avec son siège social sur le territoire, a un impact considérable sur la santé économique du milieu.

La Chambre de commerce estime que le risque de perdre est trop élevé pour laisser le processus se réaliser.

Par Sony Cormier- Directeur général – Chambre de commerce des Îles
© Magazine LES ÎLES


Note : Les blogueurs sont responsables du contenu et des éléments qu’ils intègrent dans leur blogue sur ilesdelamadeleine.com.

Comments

comments





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑