L’église Saint-Pierre-de-La Vernière et sa légende du bois maudit

ilesdelamadeleine.com vous offre de brèves vidéos inspirées de divers sujets d’actualités ou de faits historiques ayant marqué l’archipel… 

 
En 1872, Mgr McIntyre, évêque de Charlottetown, diocèse auquel étaient rattachées les Îles de la Madeleine, donne l’autorisation de construire une église. Il ne restait donc qu’à se procurer les matériaux nécessaires à la construction.

En automne, un brick chargé de bois de construction de différentes grandeurs s’échoue à la Dune du Nord. La cargaison s’échoue à la côte. Les Madelinots ont alors recueilli le bois.

Durant l’hiver, la compagnie d’assurances fait transporter le bois pour le charger à bord d’un voilier devant se rendre en Angleterre avec sa nouvelle cargaison. Une tempête se lève encore et le bateau s’éventre en ramenant encore une fois le bois à la Dune du Nord. La compagnie décide de ne pas retenter l’expérience. On cède alors le bois aux Madelinots qui décident de l’employer à la construction d’une église. L’année suivante, la population se met donc au travail. On érige la charpente. Quand vient le temps de recouvrir cette dernière (à l’automne), une troisième tempête, avec de grands vents s’abat sur les Îles de la Madeleine et la construction s’effondre.

Trois fois une tempête s’est abattue sur ce bois. On commence donc à s’interroger sur ce qui peut bien causer cela. On s’informe auprès des rescapés du premier naufrage. On apprend alors que le jour du naufrage, le capitaine avait donné sa cargaison au diable dans une pluie de blasphèmes.

Suite à cette information, on fait bénir le bois maudit et on recommence la construction, laquelle tient encore de nos jours. Et voilà comment, bien malgré lui, le diable a fourni les matériaux de l’église Saint-Pierre-de-La Vernière.

L’une des plus grandes église en bois en Amérique du Nord, l’église Saint-Pierre-de-La Vernière fut classée « Bien culturel exceptionnel du Québec » le 13 mars 1992 par le ministère des Affaires culturelles du Québec.

Images : Archives, Fabrique Saint-Pierre-de-La Vernière, Bibliothèque et Archives Canada.

Comments

comments


À propos de l'auteur

Webmestre



Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑