Érosion des berges : Des investissements insuffisants

Le député des Îles de la Madeleine à l’Assemblée nationale, Joël Arseneau, se dit partiellement satisfait de l’annonce de 10 à 25 millions $ pour la consolidation de la route 199, faite par la ministre Marie-Ève Proulx, responsable de la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine, au nom du ministre des Transports, François Bonnardel.

Ces investissements sont un pas dans la bonne direction, et reflètent l’engagement obtenu par le député auprès du ministre Bonnardel, en janvier dernier, d’aller au-delà des interventions ponctuelles d’urgence et à court terme. Ces annonces ne couvrent que le réseau routier du MTQ, alors qu’à maints endroits dans l’archipel, des interventions sont requises. Dans un contexte de surplus budgétaires, on peut faire davantage pour l’archipel.


EN BREF

  • L’écart entre 10 et 25 millions $ est vaste. Un plan de consolidation durable de la route 199 est essentiel.
  • Selon les récentes estimations du Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières, les îles présentent un important recul de 51 centimètres de côtes par année;
  • Aucune contribution n’est annoncée pour la Communauté maritime des Îles, qui réclame des investissements avoisinant 50 millions $ afin de protéger les portions de littoral considérées à risque aux Îles de la Madeleine;

Rappelons que le député Joël Arseneau demandait au gouvernement, en décembre dernier, une enveloppe spécifique dédiée aux Îles de la Madeleine pour contrer l’érosion des berges, un problème qui s’accentue en intensité avec la hausse du nombre de tempêtes liées aux changements climatiques.

« Ces investissements sont un pas dans la bonne direction pour entretenir le réseau du ministère des Transports, pourvu qu’ils s’inscrivent dans un plan d’intervention à moyen et long terme. Il faut par ailleurs que le gouvernement entende notre demande et accorde un soutien substantiel pour protéger divers secteurs vulnérables de l’archipel, » a prévenu le député des Îles, Joël Arseneau.

Ces montants, qui s’ajoutent à ceux de 5 millions $ décrétés d’urgence par le MTQ à la suite de la tempête qui s’est abattue sur les côtes des Îles le 29 novembre dernier, illustrent bien la gravité du problème de l’érosion auquel sont confrontés les Madelinots. Le gouvernement doit non seulement s’engager à entretenir son réseau routier, mais il doit aussi agir et mettre en oeuvre des solutions pour les autres secteurs, et ce, pour les 25 à 50 prochaines années.

Source : Bureau du député

 

Comments

comments


À propos de l'auteur

Webmestre



Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X