Actualité Screen Shot 2020-02-18 at 12.45.53

Publié le 18 février 2020 | par L'Heure de l'Est

0

La Traversée des 500 ans


Un article original de

2020 est une grosse année pour Saint-Pierre et Miquelon. Cette année, les 100 ans de la Prohibition seront, on l’espère, fêtés en grandes pompes. Plus discrets – on ne sait pas trop pourquoi, mais tout aussi important, 2020 marque également le 500ème de la « découverte » de l’archipel. Comme pour tout anniversaire qui se respecte il sera bien question de souffle. Pas de celui qui éteindrait les bougies d’un gâteau d’anniversaire assez grand pour recevoir 500 bougies et nourrir autant de bouches mais du souffle qui viendra gonfler les voiles et le cœur des marins qui se lanceront à l’assaut de l’Atlantique pour faire la Grande Traversée de l’Atlantique Nord, du littoral de France à Saint-Pierre et Miquelon.

 

Il ne s’agira pas de course, c’est peut-être ce qui est le plus séduisant. Des passionnés de voiles et de voyages se donnent rendez-vous à Saint-Pierre et Miquelon fin juillet pour les 500 ans de l’archipel. Voilà tout, et c’est déjà beaucoup.

La traversée des 500 ans … C’est quoi le plan ?

Derrière cette belle initiative il y a un bourguignon-breton, Jean-Philippe Baron. Navigateur-pour-le-plaisir, il est sur le point de réaliser l’un de ses rêves, et d’entraîner dans son sillage, un grand nombre de voiliers qui auront saisi la balle au bond.

500 ans d’histoire

Revenons un peu en arrière.
C’est à Matignon, dans les côtes d’Armor, en visitant une exposition consacrée aux terre-neuvas et à la pêche sur les Grands Bancs que le déclic s’est produit. Jean-Philippe Baron, retraité dynamique et boulimique de projets a fait la connexion qui s’imposait. Parcourant les panneaux de l’exposition, il lit que Joao Alvares Fagundes, le navigateur portugais, découvrit Saint-Pierre et Miquelon en octobre 1520.

 

On est bien d’accord, on parle d’une découverte réalisée par un européen d’un territoire qui était par ailleurs fréquenté depuis plus de 4500 ans par les amérindiens.

 

Même si nous mettons un bémol à cette découverte elle marque quand même l’histoire de notre archipel et nous renvoie à des temps lointains où Terre-Neuve et Saint-Pierre et Miquelon étaient … des possessions portugaises.

 

Il existe plusieurs écoles et des voix discordantes à propos de cette date. Dans ces cas là, à défaut de preuve irréfutable, il est raisonnable de se rallier au panache blanc de Jean-Yves Ribault, la référence ultime en terme d’histoire de Saint-Pierre et Miquelon. Voici ce qu’il écrit :

 

extrait du Tome 1 de « Les Îles Saint-Pierre et Miquelon – la vie dans l’archipel des origines à 1814 » de l’historien Jean-Yves Ribault. Un ouvrage fondateur qu’il faut avoir dans sa bibliothèque !

 

16 ans plus tard c’est le passage du malouin Jacques Cartier, en 1536. Il confirme que les portugais avaient déjà changé d’air que les îles étaient désormais occupées par « plusieurs navires, tant de France que de Bretagne ».

 

Si Jean-Philippe Baron navigue depuis son adolescence, il n’a pourtant pas encore fait escale à Saint-Pierre et Miquelon. Des ports généralement qualifiés de « mythiques » de son côté de l’océan. La destination est pourtant sur sa « liste des escales à faire absolument » C’est ce cinq-centenaire qui l’a décidé à se lancer.
Très vite, Jean-Philippe fait passer le mot . « Je pars à Saint-Pierre et Miquelon pour les 500 ans de l’archipel, qui veut venir avec moi ?« .

 

Une question relayée dans la presse régionale génère une flambée d’intérêt aussi surprenante que soudaine. Et la trentaine de contacts qui en découlent ont tous les mêmes questions « Avez- vous une place pour moi ? » « Est-ce que je peux me joindre à vous avec mon voilier ? ».

 

De fil en aiguille, Jean-Philippe Baron s’est retrouvé promoteur des 500 ans de Saint-Pierre et Miquelon et de ce qui est devenu un événement nautique.  On a pu le voir, entre autres, au Grand Pavois de La Rochelle et au Salon Nautique de Paris / deux événements majeurs dans le monde du nautisme en Europe. Il y tenait un stand aux couleurs de ce qui est devenu « La traversée des 500 ans« .

 

traversée des 500 ans saint-pierre et Miquelon

L’entrée du port de Saint-Pierre qui n’a peut-être pas beaucoup changé depuis l’escale de Fagundes. Credit photo : HDE

Une joyeuse armada

Et à mesure que les semaines passent, la flotte grandit. Une quinzaine de voiliers ont confirmé leur participation à cette transatlantique pas comme les autres et plusieurs sont encore attendus. On pourrait décrire cette traversée comme une grande balade, c’est ce qui fait son charme. On vous avait parlé du Rallye des Cousins entre Saint-Pierre et Miquelon et les Îles-de-la-Madeleine. C’est un peu dans le même esprit.
  • ce n’est pas une course. Il n’y a pas de frais mais il faut s’inscrire, en remplissant un formulaire sur hellonautic.com ou en contactant les organisateurs (voir plus bas),
  • Il n’y a pas de date de départ : on pourra larguer les voiles dès le printemps,
  • Il n’y a pas de point de départ : on sait que les bateaux inscrits partiront, comme à l’époque de la grande Pêche, de différents ports : La Rochelle, Brest, Lorient, Saint-Malo etc…

Le but est d’être tous présents ensemble fin juillet à Saint-Pierre et Miquelon. Le retour se fera avec un départ le 8 août.

Traverser l’Atlantique Nord dans ce sens, face aux vents et aux courants dominants, ce n’est pas une navigation simple. Ce sont 2000 miles nautiques assez techniques.

C’est une bonne occasion pour ceux et celles qui hésiteraient à se lancer. Ils pourront profiter de l’expérience de marins plus chevronnés et effectuer, accompagnés, leur première transatlantique. Des équipages sont actuellement en train de se former, mélangeant vieux loups-de-mer et marins d’eau douce (qui ne comptent pas le rester). Cet aspect de transmission et d’appui aux novices tient beaucoup à cœur à Jean-Philippe Baron, ancien moniteur de voile.

VRP infatigable Jean-Philippe Baron a présenté son projet dans des écoles de sa région.
Crédit photo : Olivier Thibault

Et pourquoi pas vous ?

M. Baron a contacté l’Heure de l’Est il y a quelques semaines avec un message assez insolite :

Nous sommes plusieurs voiliers à nous être donné RV fin juillet 2020 à Saint Pierre, jusqu’au 8 août date de notre retour vers la métropole. 
Nous aurons qq places à bord des voiliers pour le retour, nous pouvons emmener ceux qui n’auraient pas eu de place en avion (ou qui veulent réduire leur impact carbone) 
Amitiés 
Jean Philippe Baron 0662067360 lebarondesaffres@gmail.com 

Oui vous avez bien lu ! Si vous êtes dans la région début août et que vous aimeriez vous rendre en France en voilier (comme Greta), il y a de la place pour vous dans le sens du retour. Faites vous connaitre !

Il y aura du monde dans le port de Saint-Pierre. Venez avec votre baluchon et comme ça se passait il y a très longtemps, si vous cherchez à embarquer, vous trouverez surement un navire pour vous emporter vers l’Europe.

Contactez aussi les organisateurs à cette adresse : spm1520.2020@gmail.com

Et surtout tenez nous au courant !!!

D’ici là vous pourriez aller rencontrer Jean-Philippe Baron à Binic, en Bretagne. Il sera l’invité d’honneur du festival La Morue en Fête, du 21 au 24 mai 2020.

Un grand bravo à Jean-Philippe Baron pour cette super initiative et pour la visibilité qu’il apporte à Saint-Pierre et Miquelon.

Par : Patricia Detcheverry

Comments

comments





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X