Archives 0595

Publié le 3 mars 2020 | par Webmestre

0

Éphémérides : Incendie de l’ancien hôtel Fougère

Auteur 1


3 mars 2000: L’ancien hôtel Fougère est incendié volontairement par un exercice de feu.

Ce bâtiment surplombant le port de L’Étang-du-Nord fût un des premiers hôtels des Îles, il a marqué l’histoire et l’imaginaire des Madelinots. En 1898, Fidèle Fougère achète le terrain (lot I950) de Ovide Bourque. La première petite maison aurait été déplacée. C’était à l’origine la maison de Charles Chevarie. La maison serait devenue le premier hôtel des Îles dans les années 1920. A l’époque, c’était Eva, Maria et Marie-May (Émilia) qui s’occupaient de l’hôtel. On y recevait les représentants gouvernementaux, les députés et autres personnalités de l’époque. De plus, on y organisait des repas de noce pour différentes familles.

biblio-620x350

L’hôtel Fougère surplombait autrefois le port de l’Étang-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine. Le bâtiment serait devenu le premier hôtel de l’archipel dans les années 1920, selon le Centre d’archives régional des Îles. Sur cette photo de 1949, l’hôtel Fougère est visible à l’extrême gauche, sur le cap. Plusieurs personnalités et représentants gouvernementaux y ont séjourné. Crédit photo: E6,S7,SS1,P72169 – BAnQ Québec. Photographe : Maurice Saint-Pierre, 1949 © Facebook / ICI Gaspésie -Les-Îles

En 1955, on y a reçu le gouverneur général du Canada, M. Vincent Massey en visite aux Îles. M. Louis-Philippe Lacroix y fêta sa victoire sur Hormidas Langlais en 1962. M. Maurice Sauvé serait le dernier député à avoir résidé à l’hôtel Fougère.

C’est aussi en accueillant des pensionnaires que l’hôtel se fît connaître. M. Alex Trevoy, premier gérant de la Gorton Pew dans les années 20, y résidait lorsqu’il fît la connaissance de Marie-Anne Fougère, qu’il épousa par la suite. Après leur mariage, ils continuèrent à demeurer à l’hôtel Fougère.

En 1954, le 15 août, on bénit une statue à la Vierge (Notre-Dame de l’Assomption) installée sur le cap à Fidèle pour assurer la protection des pêcheurs. Cette statue, encore en place aujourd’hui, fut payée par les pêcheurs. Dans les années 1960, l’hôtel Fougère cessa ses activités et les enfants (filles) y demeurant se retirèrent un peu de la communauté, tenant par-dessus tout à sauvegarder leur intimité.

 

45108660_2035727276489674_536601351262568448_n

Plusieurs Madelinots soupçonnaient que de l’alcool provenant de Saint-Pierre-et-Miquelon se retrouvait illégalement à l’hôtel durant la prohibition. On raconte aussi qu’une invention secrète était cachée dans le garage de l’hôtel et qu’elle faisait un bruit assourdissant, sans que personne ne puisse savoir de quoi il s’agissait… Source : © Facebook / ICI Gaspésie -Les-Îles

En 1996, Maria est transférée à la Villa Plaisance. Sa sœur Marie-May (Émilia) quitte la demeure en janvier 1997, pour être hospitalisée. Elle y demeurera jusqu’à son décès en novembre. La maison est vendue le 23 septembre 1998 et compte tenu de l’état de détérioration avancé du bâtiment, elle est brûlée le 3 mars 2000.

Source : Lorraine Gallant et Roseline Marshall

LA UNE : L’hôtel Fougère est visible en arrière-plan, sur le cap à Fidèle qui borde l’anse de l’Étang-du-Nord. Aux nombreuses histoires entourant l’hôtel. On rapportait souvent qu’un marin polonais qui logeait à l’hôtel aurait été enterré dans la cave de l’établissement, après avoir reçu un coup de poing fatal de la part d’un jeune Madelinot. Les palabres madeliniennes rapportent également qu’un commis-voyageur aurait disparu dans l’hôtel. Photo : Musée de la Mer



À propos de l'auteur

Webmestre




Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X