Actualité 105661499_2648975965320679_6666111106218174219_o

Publié le 30 juin 2020 | par Webmestre

0

Pascan Aviation passe au Saab 340B


Entretien avec le copropriétaire de Pascan Aviation M. Julian Robert

Pascan Aviation travaille sur l’acquisition de Saab 340 depuis maintenant trois ans afin de remplacer ses Jetstream 32 qui vieillissent. L’un des obstacles importants au maintien des vieux Jetstream était le remplacement des moteurs. Le nombre de Jetstream en service diminue rapidement et le coût de remplacement des composantes grimpe en flèche. Maintenir les Jetstream impliquait une hausse du prix des billets, ce qui était difficilement envisageable. L’autre problème de Pascan Aviation état la limite de charge payante des Jetstreams 32. Techniquement ils peuvent transporter jusqu’à 19 passagers, mais sur les courtes pistes ils étaient limités à 14 passagers.

Arrivée du premier SAAB 340B de Pascan Aviation

M. Roberts explique que deux choix s’offraient à eux; le SAAB-340 ainsi que le Dash8-100. Le Saab 340 a une capacité de 33 passagers tandis que celle du Dash8-100 est de 37. Mais le Saab 340B pèse près de 5 000 livres de moins; les avions de Pascan effectuent plusieurs courts vols dans une journée. Comme les frais d’atterrissage sont calculés sur la masse maximale au décollage le Saab 340B a un avantage. De plus le coût d’acquisition du Saab 340 est nettement inférieur à celui du Dash8-100. M. Roberts souligne qu’il reste près de 300 appareils Saab 340 encore en service dans le monde. C’est un nombre nettement suffisant pour avoir un coût d’entretien raisonnable.

Le Saab 340B a un coût d’opération qui est de 30 % supérieur à celui du Jetstream 32. Par contre le Saab 340B permet d’aller chercher plus du double des revenus. Avec un seul Saab 340B Pascan Aviation pourra remplacer 3 vols quotidiens vere les Iles de la Madeleine. De plus, Saab a développé un STC qui permet d’augmenter sa charge utile de 1 000 livres.

La situation de Pascan

Avant l’arrivée de la COVID19, Pascan Aviation arrivait à tirer son épingle du jeu. Comme toutes les entreprises en transport aérien elle est affectée par les impacts économiques de la crise. Mais son plan d’affaires pour l’acquisition était bien monté et une fois la reprise arrivée, il sera toujours bon. Le premier Saab 340B devait d’abord arriver au mois d’avril dernier, mais la COVID19 a causé le retard. C’est la compagnie Jetstream Aviation qui louera les appareils à Pascan.

Maintenant que le premier appareil est arrivé, la compagnie peut compléter sa demande pour l’obtention de son certification d’exploitation de lignes aériennes, le fameux 705 dans le jargon du métier. Si tout se déroule comme prévu, c’est le 7 septembre que le premier Saab 340 sera mis en service. M. Robert mentionne que l’objectif est de remplacer les 6 Jetstreams 32 par des Saab 340B. Deux Jetstreams 32 sont sur le point d’être vendus et la compagnie espère en vendre deux autres. M. Robert mentionne que 2 Jetstreams 32 resteront pour du nolisement.

Mieux remplir sa mission

La mission de Pascan Aviation est d’offrir un service de qualité aux régions du Québec qu’elle dessert. La transition de Jetstream au Saab va contribuer à améliorer grandement le service aux passagers. Les appareils seront tous équipés de sièges qui viennent tout juste d’être approuvés. La cabine offre une configuration à trois sièges de largeur deux d’un côté et un de l’autre. L’espacement entre les sièges est de 33 pouces et il est possible de marcher debout dans la cabine. Dès que cela sera possible, un agent de bord ferra le service de breuvages et boissons. Les Saab 340B offrent une autre grosse amélioration, une toilette.

Pascan Aviation transporte des passagers malades pour le compte du ministère de la Santé et des services sociaux. C’est depuis le mois de mars qu’elle applique les mesures sanitaires les plus strictes. Son terminal privé de Saint-Hubert compte moins de va et vient et permet de mieux appliquer les mesures sanitaires.

Depuis le début de la pandémie, Pascan Aviation a réduit ses services mais a maintenu toutes ses liaisons. Plusieurs municipalités et régions réalisent l’importance d’avoir un fournisseur dédié à sa mission première.

Source : Les Ailes du Québec


À propos de l'auteur

Webmestre




Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X