COVID-19 Screen Shot 2020-07-13 at 18.39.11

Publié le 13 juillet 2020 | par Radio-Canada

0

Accès aux îles de la Madeleine : les informations contradictoires se multiplient


Pour en savoir plus

Contrairement aux nouvelles procédures annoncées par Québec dimanche, l’Île-du-Prince-Édouard n’exige pas une inscription obligatoire pour transiter sur son territoire.

 
C’est ce qu’ont appris les autorités madeliniennes, dont le maire, Jonathan Lapierre, et Tourisme Îles de la Madeleine, en téléphonant directement au poste de contrôle interprovincial de l’Île-du-Prince-Édouard lundi matin.

L’Île-du-Prince-Édouard a également confirmé par courriel à Radio-Canada que seuls les documents exigés depuis l’ouverture du corridor de passage touristique sont nécessaires actuellement, soit le formulaire d’autodéclaration du gouvernement du Québec et une preuve de réservation à bord du traversier et dans un hébergement touristique.

Après avoir affirmé lundi matin qu’elle cherchait elle-même à comprendre les nouvelles procédures annoncées dimanche pour entrer à l’Île-du-Prince-Édouard, l’équipe de Tourisme Îles de la Madeleine a publié les informations suivantes sur son site web en fin d’avant-midi : Pour l’Île-du-Prince-Édouard, aucun enregistrement n’est nécessaire pour le moment. Toutefois, il pourrait y avoir des changements dans les prochains jours.

Lundi matin, le Cabinet de la ministre québécoise des Relations canadiennes ne pouvait confirmer ses informations, car l’équipe de Sonia Lebel travaillait elle-même à valider ces informations avec les provinces maritimes. On est en lien avec les deux autres provinces et on essaie de confirmer les informations pour pouvoir informer la population rapidement , affirmait l’attaché Florent Tanlet.

Les élus dénoncent une fois de plus la gestion du dossier

Le maire des Îles-de-la-Madeleine affirme que le manque de communication entre Québec, l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick génère beaucoup de confusion chez les voyageurs.

On a décidé nous-mêmes de téléphoner à l’Île-du-Prince-Édouard, explique le maire Jonathan Lapierre, et on a obtenu nous-mêmes la réponse. Ce qui n’est pas normal, ce que nous aussi on ne soit pas au courant de ce qui est exigé, ou pas, et par qui, en temps réel. Qu’on soit obligé de lire les médias ou d’aller chercher l’information nous-mêmes. Il y a là une absence de collaboration et c’est ce qui est déplorable.

Le député madelinot Joël Arseneau déplore un nouveau cafouillage de Québec dans le dossier.

«Le gouvernement du Québec n’était absolument pas informé, au courant ou dans le coup par rapport à ces nouvelles mesures-là, ce qui est particulièrement inadmissible. » – Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

On peut se poser la question, poursuit-il, est-ce qu’il y a véritablement quelqu’un qui s’occupe du dossier qui suit l’évolution du dossier, qui exerce une veille? Moi je pense que Québec n’a tout simplement suivi le dossier ces derniers temps.

Du côté du Nouveau-Brunswick, les voyageurs doivent dorénavant s’inscrire en ligne ou au téléphone avant de transiter vers les Îles.

Des voyageurs confus

Sur les réseaux sociaux, de nombreux voyageurs tentent désespérément de savoir quels nouveaux formulaires ils doivent remplir pour traverser les Maritimes, au lendemain des nouvelles directives qui se sont avérées partiellement erronées. Plusieurs tentent de s’entraider sur un groupe Facebook, mais les informations partagées varient selon les vacanciers.

Marie-Christine Picard, une mère de famille de Lac-Mégantic, fait partie de ceux qui utilisent les réseaux sociaux pour préparer leur voyage. La mère de famille qui se rendra dans l’archipel mercredi est très surprise de voir que les règles changent sans préavis.

On ne regarde pas toujours les nouvelles à la seconde près, dit-elle. Ça nous a pris par surprise. C’est assez difficile de trouver le bon formulaire à compléter. Pour l’Île-du-Prince-Édouard, j’ai abandonné, c’était tellement pas clair! , s’exclame-t-elle, avant de préciser qu’elle a écrit directement au député madelinot pour tenter de clarifier les exigences des provinces maritimes.

«Mon père va aux Îles depuis trente ans. Cette année, il a fait de la haute pression. Il m’a dit que ça devait être plus simple aller en Corée du Nord qu’aux Îles-de-la-Madeleine cette année! » – Marie-Christine Picard

Les voyageurs sont bombardés d’informations qui sont contradictoires de la part des différents gouvernements, déplore Joël Arseneau. C’est inquiétant quand il faut passer à travers trois juridictions différentes et qu’on n’est pas sûr et certain que l’information est la bonne, parce que différentes pages d’un même site web se contredisent.

Interdiction de dormir à l’Île-du-Prince-Édouard maintenue

Plusieurs informations contradictoires circulent également concernant la possibilité de dormir à l’Île-du-Prince-Édouard. Un document mis en ligne récemment par la province laisse entendre que les voyageurs en transit vers les Îles peuvent se rendre dans un hébergement pour une nuit en s’isolant. Sur les réseaux sociaux, certains voyageurs affirment même que des agents ont confirmé qu’il était possible de s’arrêter une nuit lors d’un appel à la ligne d’informations de la province.

Toutefois, dans un courriel, la responsable des communications Vicki Tse clarifie la directive.

«La santé publique de l’Île-du-Prince-Édouard demande aux voyageurs de se rendre directement au traversier et d’éviter les arrêts non essentiels, écrit Mme Tse. Les arrêts d’essence, les pauses aux toilettes ou les commandes à l’auto seraient autorisés, mais il faut les limiter autant que possible. »

LA UNE : Les automobilistes en route vers les îles de la Madeleine doivent s’arrêter à des points de contrôle lorsqu’ils rentrent dans les provinces du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard. PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X