COVID-19 Screen Shot 2020-09-16 at 16.54.24

Publié le 16 septembre 2020 | par Radio-Canada

0

Deuxième vague de COVID-19 : le CISSS des Îles peine à recruter de la main-d’œuvre


Pour en savoir plus

Le Centre de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles peine à recruter le personnel exigé par Québec pour affronter une deuxième vague de COVID-19. Le manque de main-d’œuvre force aussi l’établissement à adopter un budget déficitaire de 2,7 millions de dollars pour l’année en cours.

 

La présidente-directrice générale du CISSS, Jasmine Martineau, affirme que son organisation fait face à des enjeux de recrutement pour atteindre les cibles exigées par le gouvernement du Québec en vue d’une recrudescence de la pandémie.

À la mi-août, Québec s’est engagé à injecter 106 millions de dollars à l’échelle de la province afin de permettre l’embauche de personnel et l’ajout de ressources matérielles d’ici le 30 septembre.

Le CISSS des Îles devait ainsi créer trois nouveaux postes en prévention et contrôle des infections. À l’heure actuelle, seulement un poste sur trois est pourvu, à moins de deux semaines de l’échéance. Un deuxième affichage des offres d’emploi est en cours.

«Je serai étonnée qu’on puisse pourvoir ces postes […]. On fait tout ce qu’on peut pour réussir à trouver, mais je ne peux pas garantir que d’ici 30 septembre on va avoir pourvu ces postes-là.» – Jasmine Martineau, présidente-directrice générale du CISSS des Îles

Mme Martineau précise qu’elle pourrait toutefois appeler en renfort des ressources internes déjà formées dans le domaine, ou encore se tourner vers d’autres établissements au Québec pour du prêt de main-d’œuvre. «On n’est pas complètement sans ressources, mais c’est sûr que si on avait du renfort ça serait très aidant,» indique la PDG.

«Il faut trouver un plan B c’est sûr, poursuit-elle. On doit faire le suivi avec le ministère pour leur dire où on a des difficultés. On va signifier cet élément-là.»

Pour ce qui est des effectifs en CHSLD, où la mobilité de main-d’œuvre est désormais interdite, Jasmine Martineau affirme que la situation va relativement bien. «Bien sûr, précise-t-elle, on a quand même un peu de main-d’œuvre indépendante qui va venir nous donner un coup de main, mais ce sont des gens qu’on va garder le plus stable possible au niveau du CHSLD

 

 

LA UNE :  Les problèmes de recrutement de main-d’œuvre ont de nombreux impacts pour le CISSS des Îles (archives). PHOTO : ISTOCK





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X