Actualité Screen Shot 2021-01-21 at 9.49.37 AM

Publié le 21 janvier 2021 | par L'Heure de l'Est

0

Es-tu allé au goémon ?


Un article original de

Même en hiver, à Saint-Pierre et Miquelon les rivages sont toujours fréquentés. Les anses sont généreuses : les pêcheurs d’oursins et les ramasseurs de goémon s’y côtoient dès que le temps et la marée le permettent. 

Alors voici une bouffée d’air iodé pour nos lecteurs confinés.

Un héritage breton

Des seaux pleins à déborder d’algues brunes mêlées à du sable. Les cueilleurs plient un peu sous le poids de leur récolte, ils remontent vers leur camionnette, garée en haut du plain, le panneau de la cuve est baissé prêt à accueillir le goémon. Les « voyages » vont se succéder jusqu’à l’accumulation de plusieurs tonnes dans le jardin.

C’est une activité sans âge : la mer charrie les algues. Immuable. Les gens les récoltent et les répandent dans leur potager, elles aideront à fertiliser la terre et permettront une meilleure récolte à la prochaine saison. Et c’est ainsi depuis … toujours. L’usage, amené ici par les premiers habitants de l’archipel, est très répandu en Bretagne. Une habitude  qui a traversé l’Atlantique sans difficulté, héritage des traditions maritimes de nos régions d’origine.

Screen Shot 2021-01-21 at 9.49.46 AM

Du goémon à Ravenel, Crédit photo HDE

À l’époque où le terme « valorisation » n’existait pas, on tirait partie de tout ce qui était disponible pour améliorer la subsistance. Avoir un beau jardin qui rapporte bien, ce n’était pas accessoire.  Aujourd’hui, au 21ème siècle, comme une disposition innée, les jardiniers continuent à ramasser le goémon venu s’échouer sur le plain. Un atavisme qui réapparait chaque année, réveillé par les tempêtes, les vagues brunâtres chargées de laminaires et l’odeur persistante qui envahit les anses comme Ravenel, l’Allumette ou Iñachi.

« Il est recommandé de prendre son temps et de ne pas se presser à aller récupérer les algues dès le premier coup de vent. Car en général le goémon est moins riche en oligo-éléments, minéraux et calcium. L’idéal est d’attendre qu’on ait les échouages liés au cycle, donc à la fin de la végétation ». C’est le conseil de Frank Urtizbéréa, un de nos spécialistes locaux, qui a eu la gentillesse d’éclairer ma lanterne (d’Aristote ! … il faut être un fidèle de l’Heure de l’Est pour comprendre) au sujet du goémon et de ses usages.

Screen Shot 2021-01-21 at 9.49.54 AM

Une belle récolte en perspective ! A Saint-Pierre, au Diamant. Crédit photo : HDE

Du « mesclun » pour les jardins

Screen Shot 2021-01-21 at 9.50.12 AM

Le mesclun des jardins. Photo HDE

Les algues qu’on retrouve dans les potagers et les parterres à fleurs sont extraites d’un gisement qui se reforme chaque année, dès l’automne. Des tas bruns et odorants qui s’amoncellent au fur et à mesure des coups de vent. En fin de saison estivale, c’est aussi l’automne sous l’eau. Certaines algues « tombent », comme les feuilles des arbres, et d’autres sont arrachées par la force des vagues.
Voilà pourquoi, les littoraux soumis aux vents dominants se recouvrent d’algues en automne. Certaines anses sont alors tapissées de ces piles bordeaux-brun : le goémon. Cadeau fait par la mer aux terriens jardiniers.

Mais de quoi est-il composé, ce goémon ?

« Il s’agit d’un bouillon d’algues en fait. On peut y trouver la saccharine, la laminaire digitée, la laitue de mer, le fucus, la dilsea, la coralline officinale, le lacet de mer, l’Ascophylle noueuse, des algues brunes filamenteuses, le wakame, la laminaire criblée » détaille Frank.

Pas besoin d’embarcation pour s’en aller chercher cette salade bourrée de minéraux et d’oligo-éléments. Juste une camionnette, quelquefois une petite » remorque », des seaux, ou une brouette.
Une fourche et beaucoup d’huile de coude.

Dans le dos des ramasseurs, la mer fait rouler les galets, les phoques n’en perdent pas une miette et le froid est maintenu à distance par l’activité physique intense. On apprécie sa tasse de thé au lait une fois rentré à la maison !

Du goémon en masse

La ressource semble inépuisable, elle est en tout cas largement suffisante pour les besoins des habitants de l’archipel. Pendant trois ou quatre mois, les vagues continuent à grossir les amoncellements de goémon, à chacun d’aller se servir. Et c’est une chance. Le goémon n’est pas un fertilisant extraordinairement riche : « Comparé à des fientes animales on est à un ratio 10 fois inférieur… Donc il est important, notamment quand tu fais de la culture de laitue, courgette, courge… etc… qui sont plus gourmandes en azote, d’apporter un complément animal ou compost », précise Frank.

Screen Shot 2021-01-21 at 9.50.21 AM

Ici, on en dispose à profusion, donc on peut se rattraper sur la quantité.

« Du goémon, il y en faut une bonne épaisseur. Entre 30 et 40 cm sur toute la surface du jardin. Ça fait plusieurs voyages ! L’idéal, quand c’est possible, c’est d’ajouter du fumier de cheval par dessus », explique Marie, jardinière Saint-Pierraise.

Malheureusement, l’activité a beau être traditionnelle et d’apparence 100 % durable, elle est impactée par les maux de notre temps :
« Le goémon n’a pas que des avantages ! Il y a sa pauvreté engraissante mais qui est compensée par la quantité disponible. Mais son problème majeur vient du plastique ! En effet ce dont on parle pour les océans ( le 7e continent) est vrai pour chez nous comme pour les autres ! Le goémon draine des particules de plastique, voire fixe dans son métabolisme le plastique, et donc le réinjecte dans le jardin lors de sa décomposition ! » se désole Frank

Et dans la région ?

Screen Shot 2021-01-21 at 9.50.36 AM

La récolte du goémon au Diamant en novembre 2018 Crédit Photo HDE

Le goémon sert uniquement d’engrais à Saint-Pierre et Miquelon, c’est son seul usage dans nos îles. On n’utilise que les algues arrachées par la mer, nous ne les cueillons pas vivantes. Peut-être devrions-nous le faire ! pas très loin, en Nouvelle-Ecosse, Les Algues Acadiennes sont le premier producteur mondial de produits à base d’algues. Hé oui ! …

Cette récolte du goémon épave qui est pratiquée comme une évidence à Saint-Pierre et Miquelon ne semble pas être aussi régionale qu’on pourrait l’imaginer.

Après avoir interrogé plusieurs de mes amis en Atlantique, le seul à encore pratiquer la récolte du goémon régulièrement est Dany des Îles-de-la-Madeleine.

Il semble que pour l’Ile du Prince-Édouard, La Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve, le goémon n’est plus beaucoup récolté de façon récréative, comme nous le faisons ic. Plus beaucoup, ça ne veut pas dire « plus du tout » alors si vous le faites vous-même ou si vous connaissez des personnes qui récoltent annuellement le goémon pour leur jardin, dites-le nous !

 

PAR Patricia Detcheverry





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X