Actualité Capture d’écran, le 2021-05-05 à 08.17.23

Publié le 5 mai 2021 | par Radio-Canada

0

Fredericton peu ouvert à des hôtels désignés malgré les demandes des Madelinots


Pour en savoir plus

Bien que la belle saison approche, le Nouveau-Brunswick se montre peu enclin à assouplir les règles de passage pour les voyageurs qui transitent sur son territoire en provenance ou à destination des Îles-de-la-Madeleine, malgré les demandes répétées des élus québécois.

Dans une lettre envoyée au premier ministre du Nouveau-Brunswick lundi, le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau réitère sa demande de désigner des hôtels où les Québécois et les Madelinots en transit pourraient s’arrêter dormir.

Le député madelinot rappelle dans sa missive que le Nouveau-Brunswick a désigné des hôtels pour l’isolement obligatoire des voyageurs qui entrent dans la province et pour des Néo-Brunswickois qui sont de retour de chez eux après s’être déplacés ailleurs au Canada.

Joël Arseneau propose de donner accès à ces mêmes hôtels aux touristes Québécois et aux Madelinots qui souhaitent dormir une nuit durant un transit entre le Québec continental et les Îles-de-la-Madeleine.

C’est comme si on avait utilisé la solution qu’on avait proposée pour imposer la quarantaine à ceux qui entrent au Nouveau-Brunswick, mais pas à ceux qui sont en transit pour une nuit seulement, alors que les deux groupes pourraient très bien partager le même hôtel, croit le député madelinot.

«Je suis convaincu que les hôtels pourraient accueillir tout le monde de façon sécuritaire. Cette mesure-là serait facilitante et plus sécuritaire pour tous.» – Une citation de :Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

Capture d’écran, le 2021-05-05 à 08.20.34

Joël Arseneau, député péquiste des Îles-de-la-Madeleine, a demandé à de nombreuses reprises la désignation d’hôtels par Fredericton où les Québécois pourraient s’arrêter dormir (archives). PHOTO : RADIO-CANADA

On parle ici d’un isolement préventif et non d’une quarantaine pour les gens atteints du virus, souligne M. Arseneau. Je pense que cette mesure-là pourrait facilement être déployée pour les prochaines semaines jusqu’à ce que la vaccination atteigne des niveaux où il n’y aura plus de contraintes pour passer une nuit au Nouveau-Brunswick, on espère d’ici l’été.

Le Nouveau-Brunswick se montre peu ouvert

Questionné par Radio-Canada sur la possibilité d’assouplir les conditions de passage au Nouveau-Brunswick, le ministère néo-brunswickois de la Justice et de la Sécurité publique se contente de répéter les règles en vigueur.

Les règles concernant les personnes qui passent par le Nouveau-Brunswick pour se rendre ailleurs n’ont pas changé, écrit par courriel l’agente des communications du Ministère, Coreen Enos. Les personnes qui passent par le Nouveau-Brunswick doivent uniquement s’arrêter pour se procurer de la nourriture ou de l’essence, sans aucun contact, et ne peuvent pas passer la nuit dans la province.

Capture d’écran, le 2021-05-05 à 08.20.46

Les Québécois et les Madelinots ne peuvent s’arrêter pour dormir au Nouveau-Brunswick lors d’un voyage entre le Québec continental et les Îles-de-la-Madeleine (archives). PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

Le 26 novembre, les ministres québécoises de la Sécurité publique et des Relations canadiennes ont fait parvenir une lettre au ministre néo-brunswickois de la Justice et de la Sécurité publique pour demander, à l’instar des élus madelinots, que les Québécois puissent s’arrêter au Nouveau-Brunswick dans des hôtels désignés pour dormir une nuit. Il était même proposé que Québec paie le salaire d’agents de sécurité dans ces hôtels pour s’assurer du respect de l’isolement, selon le député Arseneau, qui avait demandé d’obtenir les détails de cette lettre.

Le 24 avril, le ministère responsable des Relations canadiennes affirmait ne jamais avoir eu de réponse de la part de Fredericton à la suite de cette lettre.

Par courriel, Québec indiquait mardi soir que le Nouveau-Brunswick n’a pas, pour le moment, donné une suite favorable à la demande du Québec, laquelle a été formulée en novembre dernier par les ministres Guilbault et LeBel, malgré plusieurs démarches faites à l’automne et encore récemment.

LA UNE : Plus d’un an après le resserrement de ses frontières, le Nouveau-Brunswick n’ouvre pas encore la porte à l’assouplissement des mesures pour les voyageurs en transit vers les Îles-de-la-Madeleine (archives). PHOTO : RADIO-CANADA / MARTIN TOULGOAT





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X