Avancement du projet Intégration du savoir local et scientifique dans la restauration d’écosystèmes côtiers à forte valeur écologique dans le golfe du Saint-Laurent

Attention FragÎles et le Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) sont fiers d’annoncer les résultats 2019-2021 du projet Intégration du savoir local et scientifique dans la restauration d’écosystèmes côtiers à forte valeur écologique dans le golfe du Saint-Laurent, ainsi que les activités 2021-2022 en cours pour ce projet.

photo travaux FRC

Ce projet d’envergure, d’une durée de trois ans (2019-2022), vise à réhabiliter des habitats de grande valeur écologique (écosystème sableux, marais maritime et herbier à zostère) qui présentent un continuum côtier et qui sont dégradés aux Îles-de-la-Madeleine. Cet important projet est rendu possible grâce au soutien financier de 555 000 dollars de Pêches et Océans Canada par le biais du Fonds pour la restauration côtière, un programme du Plan de protection des océans. Le projet est réalisé par une équipe dont l’expertise est diversifiée (géomorphologie, hydrodynamique côtière, conception et restauration côtière, écologie côtière) et appuyé par les partenaires du milieu. L’équipe du Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières de l’UQAR, sous la direction de Pascal Bernatchez, PhD., assure le suivi scientifique et participe à l’identification des approches de restauration en collaboration avec Mathieu Cusson de l’Université du Québec à Chicoutimi. L’organisme Attention FragÎles, ayant développé au cours des 30 ans dernières années une expertise en restauration des milieux dunaires aux Îles-de-la-Madeleine, assure la coordination et la mise en oeuvre des mesures de restauration en collaboration avec les partenaires locaux et scientifiques.

Une caractérisation des écosystèmes côtiers ainsi qu’une cartographie de l’état de santé des herbiers aquatiques a été réalisée dans le cadre de ce projet et a permis notamment de cibler des secteurs nécessitant des interventions aux Îles-de-la-Madeleine. À la suite de cette étude et en raison de l’état de dégradation des habitats du continuum côtier, les secteurs de la baie du Havre-Aux-Basque (secteur du Goulet nord et de la dune de L’Étang-des-Caps), de la Baie Clarke de Grosse-Île et du Bassin aux Huîtres de la Grande-Entrée ont été priorisés pour des travaux de restauration côtière. Parmi les différentes perturbations naturelles et anthropiques, l’ensablement des marais maritimes et des herbiers de zostères fait partie d’une problématique à laquelle s’intéresse le groupe de travail lié à ce projet. Afin de diminuer ces impacts, la consolidation du milieu dunaire est une étape essentielle au rétablissement des écosystèmes aquatiques connexes.

Plusieurs travaux de restauration de l’écosystème sableux ont donc été réalisés avec l’aide de méthodes souples utilisées seules ou en combinaison selon l’état des sites visés. Ces techniques utilisant différents matériaux (branchages, ganivelles, cages à homards, etc.) favorisent l’accumulation de sable pour ainsi fermer les brèches dunaires problématiques d’origine anthropique et/ou naturelle. Dans certains secteurs, des mesures supplémentaires de fixation de sable s’avèrent nécessaires, telles que des ajouts de structures, des tapis de fibres de végétales, des plantations d’ammophile à ligule courte. Pour ce qui est des secteurs d’herbiers de zostère et de marais maritimes, la restauration des milieux dunaires, par la fermeture de brèches et la consolidation de la dune bordière, favorise leur protection en diminuant le risque de submersion, d’ensablement et de perte de superficie. Dans certains secteurs, où ces écosystèmes sont dégradés, des transplantations de végétation pourraient être effectuées afin de favoriser l’amélioration de leur état et le maintien de leurs fonctions écosystémiques.

En 2019, des restaurations couvrant 1400 m2 de superficie ont été effectuées dans le secteur de la Dune de l’Ouest, plus exactement sur la dune de L’Étang-des-Caps et du Goulet Nord. Les restaurations ont bénéficié d’un suivi en 2020, mais aucune restauration supplémentaire ne sera mise en place en raison de la récurrence des épisodes de submersion marine qui s’opère dans ce secteur.
En 2019 et en 2020, dans le secteur de la dune protégeant la Baie Clarke, 20 brèches ont été restaurées avec 80 structures et 17 plantations. Les restaurations conçues et mises en place dans le système dunaire en novembre 2019 par l’équipe d’Attention FragÎles couvraient 2630 m2 de superficie dunaire. En 2020, la superficie directement améliorée équivalait à 7786 m². Au cours de ces deux années, dans le secteur de la Baie Clarke, les différents travaux ont permis de restaurer une superficie de 10 416 m² de systèmes dunaires, de les caractériser, de planifier des suivis et de s’assurer que le sable ait été capté et stabilisé en une ou plusieurs étapes.

Pour l’année 2021-2022, soit la dernière année de ce projet de restauration côtière d’envergure, des restaurations sont effectuées dans le secteur du Bassin aux Huîtres de la Grande-Entrée, en collaboration avec les utilisateurs locaux, afin de protéger les herbiers de zostères et les marais maritimes menacés par l’érosion du système dunaire de ce secteur. La mise en oeuvre de ces travaux de restauration a débuté au courant du mois de juin sur les dunes de Bassin Ouest et se poursuivra au cours de l’automne sur celles de Bassin Est. La population de Grande Entrée est invitée à participer à la démarche et aux travaux.

Ce projet vise également à favoriser l’intégration des connaissances écologiques des milieux côtiers par la communauté, dans le but de susciter une prise de conscience collective sur la fragilité du territoire. Il vise la création d’un processus positif dans les comportements et les pratiques des utilisateurs et des acteurs qui opèrent dans ces milieux fragiles. Cette démarche souligne l’importance de préserver ces écosystèmes, de découvrir leur valeur et leurs fonctions, de connaître les impacts liés au morcellement des habitats et à la fragmentation du territoire. L’implication et l’intégration de ces utilisateurs et de ces acteurs dans ce processus sont indispensables à la pérennité des effets positifs sur l’environnement initiés par ce projet.

Source : Attention FragÎles


À propos de l'auteur

Webmestre



Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X