Actualité Capture d’écran, le 2021-10-07 à 08.48.51

Publié le 7 octobre 2021 | par Radio-Canada

0

Course à deux à la mairie des Îles-de-la-Madeleine


Pour en savoir plus

Une nouvelle venue en politique municipale, Lise Deveau, s’oppose au maire sortant Jonathan Lapierre. Ce dernier brigue un troisième mandat à la mairie des Îles-de-la-Madeleine.

Je suis de tout métier: je peux planter un clou , je peux faire un pansement, je peux donner un coup de pelle, lance la candidate à la mairie Lise Deveau, 56 ans. La candidate a en effet travaillé dans plusieurs domaines au cours de sa carrière, dont l’entretien et l’inspection de bâtiments.

Lise Deveau possède des formations professionnelles et collégiales en électricité et en aménagement paysage. Retraitée, elle est retournée sur le marché du travail pour offrir des soins à domicile.

La résidente de Havre-Aubert est revenue s’installer dans son archipel natal en 2013, après plusieurs années en ville. Elle mise sur sa polyvalence , son écoute et son expérience de vie pour convaincre les Madelinots de l’élire.

La grand-mère de cinq petits-enfants se dit prête à renoncer à la moitié du salaire de maire pour l’investir dans la collectivité.

Je n’ai pas besoin de tout ce salaire-là, je suis à la retraite, dit celle qui est tout de même retournée sur le marché du travail pour offrir des soins à domicile. «Je mettrais 50 % du salaire dans un compte en fiducie pour aider les gens qui ont de bonnes idées de développement.»

Capture d’écran, le 2021-10-07 à 08.50.56

Lise Deveau affirme s’intéresser à la politique municipale depuis sa jeunesse (archives). PHOTO : AVEC L’AUTORISATION DE LISE DEVEAU

Lise Deveau estime qu’il faut accélérer la construction de logements dans l’archipel et investir davantage dans les infrastructures destinées aux Madelinots, dont le réseau routier.

La candidate à la mairie croit également que l’archipel doit mieux se préparer à faire face aux changements climatiques, notamment par la mise en place de système de récupération des eaux de pluie et des projets d’agriculture.

Pourquoi aux Îles ne pourrait-on pas se créer une certaine autosuffisance? questionne-t-elle. Il pourrait arriver une catastrophe qui empêche le bateau de faire la liaison durant deux semaines.

«Pourquoi ne pas créer des projets de permaculture, des cultures en étage? C’est quelque chose qui peut se faire à l’année.» –  Une citation de :Lise Deveau, candidate à la mairie

La candidate à la mairie estime qu’il faut mieux protéger les Îles de l’érosion. Selon elle, la recharge de plage en cours au site historique de La Grave n’est pas la solution.

Ça aurait pris une digue où était l’ancien quai. La durée de vie aurait été beaucoup plus longue, croit-elle.

Jonathan Lapierre : des chantiers à parachever

De son côté, Jonathan Lapierre, 41 ans, souhaite reprendre le chemin de l’hôtel de ville pour parachever plusieurs dossiers importants entamés sous sa gouverne. La mise en place d’un parc régional pour mieux baliser les activités pratiquées sur les terres publiques et la révision du zonage des résidences de tourisme sont du nombre.

«Nous sommes à la croisée des chemins sur la gestion du territoire sur l’aménagement de ce territoire et tout ce qui touche à l’encadrement de l’industrie touristique.» – Une citation de :Jonathan Lapierre, maire sortant et candidat à la mairie des Îles-de-la-Madeleine

Celui qui a été élu pour la première fois au conseil municipal en 2005 en tant que conseiller, alors qu’il était âgé de 26 ans, considère que la révision du schéma d’aménagement lancée en avril comme un rendez-vous extrêmement important.

Il faut faire des choix collectifs, affime Jonathan Lapierre. On doit se parler entre nous pour définir ensemble vers où on va et de quelle façon on veut y aller.

Toujours passionné par le service public, Jonathan Lapierre souhaite rester le maître à bord pour les prochaines étapes, tout en consultant la population.

Capture d’écran, le 2021-10-07 à 08.50.45

Le maire des Îles, Jonathan Lapierre, veut demeurer à l’hôtel de ville pour mener à terme certains dossiers (archives). PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

Le maire sortant veut aussi continuer de plancher sur des solutions pour contrer le manque de logement et de main-d’œuvre dans l’archipel.

Si on veut attirer les gens aux Îles, il faut avoir des logements, lance-t-il pour expliquer le lien étroit dans les deux enjeux. Je souhaite travailler dans un prochain mandat sur la création d’une coopérative d’habitation de logements abordables, présenter un projet d’habitation à loyer modique et continuer à développer le projet d’écoquartier.

Celui qui brigue un troisième mandat à la mairie estime que son arrivée à l’hôtel de ville a contribué à redresser la gestion des finances et des infrastructures publiques.

Il y a beaucoup de chemin de qui a été parcouru depuis 2013, croit M. Lapierre. Lorsque je suis arrivée à la mairie, il y avait une morosité économique aux Îles-de-la-Madeleine, l’administration était confrontée à plusieurs défis : un réseau routier qui n’avait pas eu d’investissement depuis plusieurs années, des bâtiments presque laissés à l’abandon. Il a fallu rebrasser les cartes.

Il reste encore beaucoup de travail à faire dans un prochain mandat, les défis sont énormes, mais ô combien stimulants et ô combien intéressants, conclut Jonathan Lapierre.

LA UNE : Le maire sortant Jonathan Lapierre et Lise Deveau souhaitent être à la tête de l’Hôtel de Ville des Îles-de-la-Madeleine pour les quatre prochaines années (archives). PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X