COVID-19 Capture d’écran, le 2022-03-29 à 08.33.48

Publié le 29 mars 2022 | par Radio-Canada

0

La hausse des cas de COVID-19 prend de l’ampleur dans l’Est-du-Québec


Pour en savoir plus

Le nombre de cas de COVID-19 n’a cessé d’augmenter dans l’Est-du-Québec dans les dernières semaines. La situation est jugée préoccupante par les Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Deux décès se sont également ajoutés au bilan du Bas-Saint-Laurent au cours de la fin de semaine. La Gaspésie a, elle, enregistré un décès supplémentaire dans les derniers jours.

La Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine sont les régions avec les nombres de cas actifs par 100 000 habitants les plus importants à travers la province.

La Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine est la plus touchée avec 917 cas actifs pour 100 000 habitants. C’est presque six fois plus que le taux qui prévaut à Montréal et trois fois plus que celui qui a cours à Québec.

Selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le taux de positivité, c’est-à-dire le pourcentage de résultats positifs par rapport au nombre de tests passés, est également plus élevé que la moyenne provinciale dans les régions de l’Est-du-Québec.

Capture d’écran, le 2022-03-29 à 08.34.07
La Gaspésie détient, encore une fois, le taux le plus élevé de la province.

Le directeur de la santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Dr Yv Bonnier-Viger, explique que l’hypothèse la plus probable est que les régions qui ont eu peu d’infections au variant Omicron BA.1 sont moins bien protégées face au variant BA.2.

Son arrivée au Québec expliquerait peut-être cette flambée de cas de COVID-19, selon lui.

De nombreux travailleurs de la santé en isolement

Le nombre de travailleurs de la santé en isolement s’accroît également dans l’Est-du-Québec.

Devant la montée dans le nombre d’infections, le Centre intégré de santé et de services sociauxCISSS de la Gaspésie doit rappeler au travail du personnel qui a été placé en isolement pour éviter les bris de service. Le Dr Bonnier-Viger explique que cette pratique est récente dans la région.

Dans certaines installations où il y a beaucoup de cas, à un moment donné, on fait quand même rentrer quelqu’un qui est infecté, s’il n’est pas trop malade bien sûr, avec une bonne protection pour pouvoir s’assurer qu’on va pouvoir donner les services aux gens qui en ont besoin, explique-t-il.

Capture d’écran, le 2022-03-29 à 08.34.42

Au Bas-Saint-Laurent, 217 travailleurs sont à l’arrêt présentement. À titre comparatif, au plus fort de la cinquième vague au début de février, 282 employés étaient en isolement.

Sur la Côte-Nord, 186 travailleurs ont été retirés des services, soit 81 de plus que la semaine dernière.

Capture d’écran, le 2022-03-29 à 08.34.59

Le médecin microbiologiste-infectiologue au Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, Pierre Harvey, rappelle que le variant Omicron peut être dangereux pour certaines personnes.

LA UNE : L’Est-du-Québec connaît une flambée de cas de COVID-19 (archives). PHOTO : RADIO-CANADA / OLIVIA LAPERRIÈRE-ROY





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X