COVID-19 Capture d’écran, le 2022-04-05 à 20.24.08

Publié le 5 avril 2022 | par Radio-Canada

0

COVID-19 : un premier décès signalé aux Îles-de-la-Madeleine


Pour en savoir plus

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles signale un premier décès sur son territoire d’une personne infectée à la COVID-19. Toutefois, le Centre intégré de santé et de services sociaux n’est pas en mesure d’affirmer que la maladie est la cause principale du décès.


Précisions :

  • Pour des questions de confidentialité, le Centre intégré de santé et de services sociaux des Îles ne peut pas dévoiler publiquement les causes d’un décès.
  • Voici comment l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) définit un décès qui est comptabilisé dans le bilan officiel.

Pour qu’un décès soit comptabilisé dans le bilan officiel, la COVID-19 (confirmée par laboratoire ou par lien épidémiologique) doit avoir contribué au décès. Elle peut avoir été la cause principale ou secondaire du décès. Les patients atteints de la COVID-19 qui meurent de façon violente (accident, suicide, homicide) ne sont pas comptabilisés dans le bilan officiel de décès.

  • Comme le Centre intégré de santé et de services sociaux des Îles a rapporté ce décès dans son bilan officiel, on peut conclure que le décès est relié à la COVID-19.

En fin de semaine, le Centre intégré de santé et de services sociaux des Îles comptait quatre hospitalisations reliées à la COVID, alors que le seuil maximal est fixé normalement à trois, dans un contexte où la situation sanitaire dans l’archipel met sous tension les ressources humaines du Centre intégré de santé et de services sociaux.

Lundi, seulement deux personnes étaient hospitalisées à l’hôpital de l’archipel.

De son côté, la péninsule gaspésienne compte 24 personnes hospitalisées avec la COVID-19.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie a atteint le niveau 2 de délestage, ce qui consiste à prioriser les interventions les plus urgentes et celles d’une journée qui ne nécessitent pas l’occupation d’un lit. Pour le reste, les équipes de santé ajouteront des patients sur une liste d’attente.

Du côté des Îles-de-la-Madeleine, il n’est pas encore question de délestage, mais de réorganisation quotidienne du travail dans toutes les activités de première ligne, selon Judith Arseneault, directrice par intérim du programme santé physique au Centre intégré de santé et de services sociaux des Îles.

On doit user d’une grande agilité pour prioriser en continu et redistribuer le travail selon les besoins, explique-t-elle.

« La situation est sous contrôle, mais demeure tout de même inquiétante. » — Une citation de  Judith Arseneault, directrice par intérim du programme santé physique au Centre intégré de santé et de services sociaux des Îles

Aucune personne hospitalisée avec la COVID-19 en Gaspésie ou aux Îles n’a dû être transférée vers une autre région.

Gestion du risque

Le Dr Yv Bonnier-Viger, directeur régional de santé publique, explique que des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie encore atteints de la COVID-19 ont par contre été appelés à travailler dans des cas d’urgence afin de prévenir des ruptures de services.

Avec toutes les protections et les protocoles qui sont en place, on arrive justement à soigner les gens sans trop de problèmes d’infection. C’est vraiment une gestion du risque que nous devons faire, entre laisser quelqu’un sans soin et laisser sa santé se détériorer et prendre le risque que possiblement il puisse être infecté, mais c’est fait avec beaucoup de précautions, assure-t-il.

Capture d’écran, le 2022-04-05 à 20.24.23

Le manque de personnel est aussi source d’inquiétude pour les autorités sanitaires : un peu plus de 107 travailleurs du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie sont actuellement en isolement tandis qu’aux Îles-de-la-Madeleine, ils sont 32.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie aurait une capacité de 40 hospitalisations avant de devoir procéder à du délestage, mais l’absence des travailleurs de la santé pourrait réduire cette marge de manœuvre, prévient le Dr Bonnier-Viger.

Par ailleurs, le Dr Bonnier-Viger conseille de conserver le port du masque et de continuer dans la mesure du possible à faire du télétravail, le temps que la courbe de contamination redescende.

On n’a pas de raison de s’alarmer, mais on doit quand même rester soucieux, conclut-il.

La santé publique devrait annoncer officiellement sa recommandation quant au port du masque mardi.

LA UNE : Le CISSS n’est pas en mesure d’affirmer que la cause principale du décès est la COVID-19. PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE
Avec les informations de Perrine Bullant





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X