Archives Capture d’écran 2022-05-31 à 10.00.07

Publié le 31 mai 2022 | par Radio-Canada

0

Archives : Il y a 25 ans était inauguré le pont de la Confédération


Un article original de

Auteur 3


Le 31 mai 1997 était inauguré le pont de la Confédération qui relie l’Île-du-Prince-Édouard au Canada continental. La construction de cet ouvrage a modifié de manière considérable la vie des gens de cette province.

Un lien imposant

« Dans moins de 24 heures, l’Île-du-Prince-Prince-Édouard, la plus petite province canadienne, sera reliée au reste du pays, 124 ans après son entrée dans la Confédération canadienne. » — Une citation de  Dominique Poirier, animatrice du Téléjournal, 30 mai 1997

« Le pont de la Confédération est un chef-d’œuvre d’ingénierie. Il a coûté près d’un milliard de dollars. » — Une citation de  Solveig Miller, 30 mai 1997

 

Compte-rendu de la correspondante Solveig Miller sur les célébrations soulignant l’inauguration du pont de la Confédération.

Le 30 mai 1997, la correspondante de Radio-Canada à Halifax, Solveig Miller, présente au Téléjournal un compte rendu des festivités qui soulignent l’inauguration du pont de la Confédération.

Ce pont traverse le détroit de Northumberland pour relier Borden, situé à l’Île-du-Prince-Édouard, à une pointe tout près du village de Cap-Tourmentin au Nouveau-Brunswick.

Le pont de la Confédération est remarquable par ses prouesses techniques.

Avec ses 12,9 km, c’est l’ouvrage le plus long du monde qui enjambe des eaux prises dans les glaces l’hiver.

Il est constitué de 62 travées, dont certaines se trouvent à 60 mètres de hauteur pour permettre le passage des bateaux.

Comme le rappelle Solveig Miller, la construction éventuelle d’un pont fait partie depuis des décennies de l’imaginaire des habitants de la province.

Dès 1873, on promet aux insulaires un lien continu avec le continent afin de les convaincre d’adhérer à la Confédération canadienne.

Pendant plus d’un siècle, on accédera à l’Île-du-Prince-Édouard, et on ne pourra en sortir, que par traversier… si la météo l’autorise.

En 1988, la population de la province accepte l’idée, à la suite d’un référendum déchirant, d’un lien terrestre permanent avec le continent.

Ce projet sera concrétisé le 31 mai 1997 lorsqu’est inauguré le pont de la Confédération.

De nombreux politiciens sont alors présents pour couper le ruban.

Pour célébrer l’événement plusieurs festivités sont organisées, auxquelles participent les groupes qui ont colonisé l’île, dont la communauté acadienne.

Attendu depuis longtemps

Quelques mois plus tard, le journaliste Alain Picard se rend à l’Île-du-Prince-Édouard pour y constater les changements que l’existence du pont de la Confédération provoque chez ses 135 000 habitants.

 

Reportage du journaliste Alain Picard sur les conséquence de l’existence du pont de la Confédération sur le mode de vie des habitants de l’Île-du-Prince-Édouard

Le journaliste présente son reportage à l’émission Le Point du 14 juillet 1997 animée par Achille Michaud.

C’est tout d’abord à travers les yeux et les opinions de Josaphat Richard qu’Alain Picard nous fait découvrir l’impact qu’a le pont de la Confédération sur le mode de vie des gens de l’Île-du-Prince-Édouard.

À 93 ans, Josaphat Richard témoigne de la vie sur l’île.

Se rendre sur le continent en traversier, c’était parfois difficile, voire impossible, surtout en hiver.

Il arrivait, se souvient le patriarche, que la navigation vers le Nouveau-Brunswick soit interrompue pendant des jours durant la saison froide.

Josaphat Richard était très sceptique quant à la construction d’un pont qui briserait l’isolement de sa province d’avec le reste du continent.

Mais, en compagnie de son petit-fils, Donnie Arsenault, il traverse ce fameux pont qu’il croyait n’être qu’une idée chimérique.

Le vieil homme est ébahi et convaincu. Il dit, un peu à la blague, que maintenant il peut mourir.

Le reportage montre aussi, à travers d’autres témoignages, l’impact du pont sur le mode de vie dans la province.

Le premier ministre provincial, Pat Binns, est pour sa part ravi.

Le pont, selon lui, amène la prospérité notamment grâce à la croissance du secteur touristique.

C’est un avis que partagent plusieurs acteurs économiques de l’île et Josaphat Richard.

Mais d’autres témoins ont une opinion plus réservée.

L’arrivée des touristes bouscule un mode de vie plus lent et très bucolique. Il faudra s’y habituer.

Un impact considérable

Dix ans après l’ouverture du pont, le correspondant à Halifax, Denis-Martin Chabot, constate que ce dernier a bouleversé la vie des insulaires.

 

Reportage du correspondant Denis-Martin Chabot sur l’impact du pont de la Confédération sur les habitants de l’Île-du-Prince-Édouard 10 ans après son inauguration.

Dans un reportage présenté à l’émission Le National du 31 mai 2007, plusieurs habitants de l’île confirment les changements.

Geneviève Asselin anime l’émission ce jour-là.

On entend notamment Jeannette Arsenault louanger le nouveau lien terrestre.

Celle qui est propriétaire d’une boutique où l’on vend des figurines représentant des personnages du célèbre roman Anne… la maison aux pignons verts a vu ses ventes exploser avec l’arrivée croissante des touristes.

Par contre, un propriétaire d’un magasin d’articles de bureau n’a pas vécu la même expérience que Jeannette Arsenault.

La concurrence accrue, provoquée par l’accès plus facile aux commerces du continent, a forcé Henri Gallant à une douloureuse adaptation.

Il a dû remercier du personnel. Mais au bout de 10 ans, son entreprise est redevenue profitable, dit-il.

L’apparition du pont a fait des gagnants et des perdants, conclut Denis-Martin Chabot.

On a dû composer avec le progrès.

Le pont de la Confédération fait même désormais partie de l’imaginaire collectif et du paysage de l’Île-du-Prince-Édouard.

LA UNE : Le pont de la Confédération a été inauguré le 31 mai 1997. PHOTO : RADIO-CANADA / GUY LEBLANC





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X