Actualité Capture d’écran 2022-05-06 à 09.04.41

Publié le 6 mai 2022 | par Radio-Canada

0

Derniers préparatifs avant la mise à l’eau aux Îles-de-la-Madeleine


Pour en savoir plus

À la veille de la 147e mise à l’eau des casiers à homard, l’effervescence est à son comble sur les quais madelinots. Les 325 homardiers s’activent pour être fin prêts pour le coup d’envoi de la pêche samedi matin.

Comme à chaque début du mois de mai, la communauté des Îles-de-la-Madeleine vibre au rythme des préparatifs de la pêche au homard.

Dans les eaux de la Petite Baie, à Havre-aux-Maisons, de nombreux équipages s’affairaient jeudi après-midi à retirer leurs dernières cages de l’eau, après plusieurs jours de trempage.

On fait ça à l’ancienne, lance le capitaine Gabriel Chiasson.

Capture d’écran 2022-05-06 à 09.04.53

Dans l’archipel, les casiers traditionnels en bois ont encore la cote, contrairement à la Gaspésie où la vaste majorité des pêcheurs ont adopté la cage métallique.

Capture d’écran 2022-05-06 à 09.05.02

Quelques semaines avant le début de la pêche, les casiers de bois sont immergés dans les lagunes peu profondes afin d’éviter qu’ils ne flottent lorsque la pêche sera lancée.

Capture d’écran 2022-05-06 à 09.09.26

Sur les quais, les casiers se comptent par milliers. Chaque équipage dispose de 273 engins de pêche dont les dimensions sont balisées par le plan de pêche.

Certains homardiers de plus petite dimension ne peuvent contenir les 273 casiers. Après un premier déchargement en mer samedi matin, les équipages reviendront à quai pour transborder les casiers restants avant de reprendre le large une deuxième fois.

Capture d’écran 2022-05-06 à 09.09.34

Les pêcheurs regroupent leurs engins de pêche au moyen de cordage. Au moins sept casiers doivent être reliés sur une même corde (trawl) qui est elle-même rattachée à une bouée.

Capture d’écran 2022-05-06 à 09.09.42

PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

Tous les casiers sont appâtés avec des poissons comme le maquereau, le hareng ou la plie.

Capture d’écran 2022-05-06 à 09.09.51

L’observation d’une première baleine noire au nord des Îles de la Madeleine suscite beaucoup d’inquiétude sur les quais madelinots. Tout en manipulant leurs bouées, le capitaine Gérald Chevarie et son fils Alexandre espèrent qu’aucun spécimen de cette espèce menacée ne va s’aventurer dans les zones de pêche au homard.

Capture d’écran 2022-05-06 à 09.09.59

L’an dernier, plus d’une centaine de homardiers madelinots avaient dû déplacer leurs casiers à la suite de la détection de deux baleines à l’est d’Old Harry, une situation jamais vue dans l’histoire de la pêche au homard dans l’archipel.

Le ministère tue un ours polaire, mais nous on doit déplacer nos cages pour protéger la baleine noire, lance Gérald Chevarie avec ironie, en faisant référence aux événements survenus récemment à Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine.

Capture d’écran 2022-05-06 à 09.10.06

Les premiers homards seront ramenés à quai lundi aux îles de la Madeleine.

L’an dernier, la valeur des débarquements avait atteint un sommet record de 102 millions de dollars.

LA UNE : L’aide-pêcheur Olivier Décoste place les appâts dans les casiers. Il fait partie de l’équipage du bateau Albatros amarré au quai de Cap-aux-Meules. PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

PAR Isabelle Larose





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X