Actualité Capture d’écran, le 2022-05-18 à 21.24.04

Publié le 18 mai 2022 | par Radio-Canada

0

Du crabe s’accumule dans des camions de livraison et pourrait y rester, faute d’acheteurs


Pour en savoir plus

La saison du crabe des neiges s’essouffle déjà dans la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick. Les usines de transformation peinent à écouler leurs cargaisons de crabe cuit. En mer, les pêcheurs n’obtiennent pas les résultats escomptés dans leurs casiers. Portrait d’une situation chaotique.

Capture d’écran, le 2022-05-18 à 21.15.08

Plusieurs camions réfrigérés remplis de crabe cuit étaient stationnés près de l’usine McGraw Seafood de Tracadie mercredi. Ces cargaisons du prisé crustacé attendent de prendre la route et d’être distribuées aux États-Unis. Cependant, à voir la faible demande des consommateurs cette saison, elles pourraient y rester encore un bout de temps.

Gilles Thériault, président de l’Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick, explique que le marché est assez difficile, particulièrement du côté des Américains.

« Le crabe s’écoule au compte-gouttes sur le marché. » — Une citation de  Gilles Thériault, président de l’Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick

Capture d’écran, le 2022-05-18 à 21.15.25

L’année dernière, l’industrie vendait le crustacé au fur et à mesure qu’il était pêché et transformé. Ce printemps, les acheteurs des États-Unis ne semblent pas pressés de faire des affaires avec les transformateurs du nord-est du Nouveau-Brunswick.

Gilles Thériault a constaté que les Américains ont encore en réserve du crabe de la Russie. De plus, le prix a découragé les amateurs. Ces deux éléments font en sorte que des camions de réfrigération demeurent immobilisés.

Nous avons de grandes quantités en stock. C’était imprévu. Certains disent qu’on n’a pas vu ça depuis 25 ans. On sait qu’on va vendre notre produit, mais à quel prix? On ne connaît pas encore le plancher où les Américains vont acheter. Il y a aussi l’inflation. Il y a une limite à ce que les gens sont prêts à payer, explique Gilles Thériault.

Capture d’écran, le 2022-05-18 à 21.15.38

Cela a un impact direct sur le crabe acheté aux pêcheurs. Le quota avait grimpé de 40 % avec un prix de départ de plus de 8 $ la livre. Mais les choses ont rapidement changé. Les baleines noires sont arrivées plus tôt dans les zones de pêche, ce qui a rendu la tâche plus difficile aux pêcheurs.

Gilles Thériault ne serait pas surpris que des entreprises de pêche n’arrivent pas à capturer la totalité de leurs quotas.

On a discuté avec certains pêcheurs. On leur a dit qu’on avait l’option de donner une avance de 6 $ la livre en attendant de voir où ça va finir, ce plancher. On pourra ensuite ajuster les prix à la fin de l’année en conséquence du marché. C’est un peu ce qui se passe , affirme le président de l’Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick.

Des préoccupations chez les pêcheurs

Paul Robichaud, conseiller aux pêches de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels (FRAPP), confirme que la saison de la pêche au crabe des neiges n’atteint pas les objectifs.

Après cinq semaines de pêche ce printemps, 65 % du quota a été débarqué aux quais, contre 81 % pour la même période en 2021.

Le crabe est présent, mais il n’est pas au rendez-vous dans les casiers, a-t-il fait remarquer.

Capture d’écran, le 2022-05-18 à 21.15.51

Le problème, c’est que le crabe des neiges est en période de reproduction et ne se nourrit pas. Donc, il ne va pas dans les casiers.

Enfin, le crabe mou, sans carapace et qui n’a aucune valeur commerciale, est sur le point de prendre le dessus.

Capture d’écran, le 2022-05-18 à 21.16.01

Nous sommes très préoccupés par l’idée que les pêcheurs n’atteignent pas leurs quotas cette année. On est réalistes. Les pêcheurs en ont vu d’autres. Peut-être verra-t-on du crabe dans les deux dernières semaines en juin , espère Paul Robichaud.

Et il y a les baleines

La fermeture de plusieurs zones de pêche dans le sud du golfe du Saint-Laurent en raison de l’arrivée hâtive des baleines noires a aussi compliqué les choses, dit-il. Le porte-parole de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels soutient que 34 baleines noires ont été repérées, ce qui entraîne la fermeture de plusieurs zones de pêche.

Nous sommes en faveur de la protection des baleines noires, mais quand elles ont quitté un territoire, on devrait pouvoir le rouvrir aux pêcheurs. Même si on le sait depuis 2018, c’est toujours une surprise de voir de grandes zones de pêche éliminées par leur présence. Et elles arrivent de plus en plus tôt, relate Paul Robichaud.

Cette année, des pêcheurs utilisent la nouvelle technologie des casiers sur demande. Celle-ci permet une pêche commerciale avec un petit nombre de casiers dans des zones fermées. Ces casiers sont sans cordage et possèdent une bouée de remontée.

Avec les informations du journaliste Mario Mercier

LA UNE : Seulement 65% du quota de crabe des neiges a été débarqué aux quais. PHOTO : RADIO-CANADA / LAURIE DUFRESNE





Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X