Documentaire historique : Ouverture du premier restaurant sur la Grave…

Mme Jeanne Gaudet Chevrier raconte l’ouverture du premier restaurant sur la Grave (Le Régal).

Production: Comité de protection et de mise en valeur de la Grave.

Textes : Pol Chantraine
Entrevues : Georges Langford

 

Source : CTCF-TV – 1994


À propos de l'auteur

Webmestre




2 Responses to Documentaire historique : Ouverture du premier restaurant sur la Grave…

  1. cormier jean paul a dit :

    A toi… gardienne de mon passé et porteuse de mon avenir !

    Je t’aime, je t’aime passionnément, à la folie et…et…pour toujours, Madeleine. Adossé depuis un bon moment au pied de la croix blanche, tout au sommet de la butte des Demoiselles, mon regard se surprend, encore et toujours, à fixer l’infini de tes Iles.

    L’homme, d’un geste plus que tendre, avait tendu le bras pour s’approprier la jeune pousse de marguerite là, tout près. D’un geste se voulant théâtral, il avait dit ces mots, ces verbes qu’on ne sème pas à tout vent. Puis, liant le geste à la parole, précieusement, il avait libéré les pétales de la jeune tige. De son geste de bras bien haut levé, chacun s’envola, porté par la petite brise venue de la mer elle-même s’étirant à perte de sa vue. Gracieusement, un à un, chevauchant coteaux et plaines, ils se poseront sans bruit d’ailes sur la Grave, ce haut lieu de souvenances.

    Un pur délice, un moment magique pour l’homme assis là-haut, à rêvasser sur sa vie presque toute écrite dans le livre de ses gênes. Lui à l’accent chantant. Une langue tout en saveurs et rondeurs, une symphonie de turlutages qu’une oreille peu avertie ne sent lasse jamais.

    Elle, colosse au pied d’argile, si forte et fragile tout à la fois prêtant flanc à une mer à l’occasion déchainée et lui, l’homme, livrant combat dans le creux de la vague au péril d’une vie, ne font qu’un, ensemble. Peut-être à l’occasion, eurent-ils à affronter petites et grandes mers tourmentées mais, ni lui pour elle, ni elle pour lui ne sent sont plaint, ouvertement.

    Aujourd’hui, je salue ta grandeur, Madeleine. Je m’incline devant tant de grâce. Le peu de phares à tes joues n’atténue en rien l’éclat de ta beauté. Nul besoin de collier de perles à ton cou, puisque reine de la mer et de ce qu’elle contient, t’appartient. Le rouge à lèvres de tes dunes rassure encore et toujours, le pêcheur dans la brume du soir, à son retour d’aventure. Sillon par sillon, tu t’es façonnée à même le vert de tes pâturages. L’odeur de la lavande marié à l’air de ton salin ne feront toujours qu’un au premier et dernier à vouloir t’accoster.

    Tantôt douce et avenante comme le printemps de tes saisons, tu feras naître l’espoir d’une pêche miraculeuse. Leur donner du lest dans la brume du matin et ouvrir les bras à ces hommes à la peau burinée, bottés et gantés furent ta raison. Tous alignés sur ton quai, comme les sardines dans la boite à livrer leur butin… aura été ta véritable mission.

    Tantôt chaude et enveloppante comme l’été de nos quinze ans, voilures sur la vague glisseront à en perdre le souffle. Tous échevelés, tu les griseras de folies à vouloir se frotter aux forts vents de ton Ouest. Tuba bien en bouche et en habit de scaphandre, ils scruteront tes entrailles à la recherche de la perle rare et des monstres marin.

    Aux grandes marées de l’automne, farouches et sauvages, tu résisteras, encore et toujours à l’assaut de la mer à ne pas vouloir se figer dans la froidure de l’hiver. Englacer pour un long moment, la goélette, pour ce tenir bien au chaud, fera corps avec la petite maison jaune tout en haut du coteau. Te connaissant… ma bien-aimée Madeleine, tu auras su récolter leurs joies et leurs peines en les rendant, pour un long moment, prisonnières dans ton jardin de givre..
    Gabrielle, celle qu’aujourd’hui, tous vénèrent à grands coups de fierté en ferait tout autant pour toi, toi qui perpétue son passé. Demain, encore et toujours, nous tous verrons le soleil se lever tout à l’Est de tes Iles en nous rassurant pour longtemps.

  2. Marie-Claude a dit :

    Merci du partage! Cette archive est un bijou culturel et historique.

Répondre à cormier jean paul Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑

X