Affaires

Publié le 13 août 2020 | par Chambre de commerce des Îles

0

Situation des entreprises – variable mais souvent moins pire que prévu


Curieuse d’en savoir un peu plus sur l’état des entreprises après quelques mois de pandémie, la Chambre de commerce des Îles a procédé à une consultation rapide de ses membres, comme elle est le fait chaque année en milieu d’été. Les signaux qui lui parvenaient du terrain étaient contradictoires, allant du meilleur printemps à vie pour certains à la catastrophe pour d’autres.

Une cinquantaine de personnes représentant les entreprises du milieu ont répondu au questionnaire rendu disponible du 23 au 30 juillet.

Variable d’une entreprise à l’autre, mais moins pire que prévu

Conformément aux messages reçus sur le terrain, la situation a été très variable d’une entreprise à l’autre pour la période allant du 1er janvier 2020 au 30 juin 2020. D’abord, de façon générale, l’économie locale s’est beaucoup moins détériorée qu’on pouvait le craindre au début de la pandémie.

Spécifiquement, pour les répondants au questionnaire, toutes les situations ont été exposées.

Comparativement à 2019, le chiffre d’affaires de mon entreprise, pour la période
allant du 1er janvier 2020 au 30 juin 2020, à :

Comparativement à 2019, le chiffre d’affaires de mon entreprise, pour la période allant du 1er janvier 2020 au 30 juin 2020, à :

De façon surprenante, plus du quart des répondants ont vu leur chiffre d’affaires augmenter au cours de la période. Sans pouvoir le démontrer par cette consultation, les discussions sur le terrain nous portent à croire que les achats des Madeliniennes et des Madelinots dans les commerces locaux ont fait une différence.

Par contre, malgré cette tenue pour certaines entreprises, près des trois quarts des répondants ont vu le chiffre d’affaires de leur entreprise diminuer au cours de la période. La diminution est contrôlée dans certaines entreprises, à la satisfaction de leur propriétaire dans les circonstances.

Cependant, la diminution est importante dans un bon nombre d’entreprises ce qui peut inquiéter sur leur capacité de rebondir lors de la reprise.

En ce qui a trait à la période estivale, sachant que l’achalandage touristique sera de moins de 50% de ce qu’il fut les dernières années, les anticipations sont plus conservatrices.

Pour la période du 15 juin au 15 septembre, couvrant une grande partie
de ce qu’est habituellement la saison touristique, j’anticipe que
le chiffre d’affaires de mon entreprise sera :

Tableau 2

L’ouverture aux voyageurs touristiques ne s’étant réalisée qu’au début de juillet, et l’entrée de visiteurs étant plafonnée pour les plus grosses semaines de l’été, les entreprises n’ont pu profiter pleinement de cette entrée d’argent habituelle. Rappelons qu’au cours des 4 ou 5 dernières années, cette période était une période de croissance dans les entreprises, année après année.

Malgré tout, sur l’ensemble de l’année, les deux tiers des répondants anticipent que leur entreprise va faire des profits en 2020.

Tableau 3

Dans les consultations des dernières années, les profits étaient fortement en croissance d’une année à l’autre. Étant donné qu’on avait anticipé bien pire, la forte proportion d’entreprises qui anticipent faire des profits malgré tout en 2020 est rassurante.

Les efforts et la résilience des employés au cours des semaines difficiles ont été soulignés par un nombre important de répondants.

Le retour de nos bons vieux démons

La rareté de main-d’œuvre s’est frayé un chemin à travers la pandémie. Alors qu’on anticipait une difficulté pour les travailleurs de conserver leur emploi ou en dénicher un nouveau, près de 50% des répondants disent ne pas avoir pu combler tous les postes qui leur étaient nécessaires.

Peu importe la raison, rareté de travailleurs, PCU, Assurance-emploi, le signal est clair que le défi de recrutement sera important au cours des prochaines années.

Les limites de cette consultation

La bonne tenue d’une entreprise dans les circonstances peut dépendre de son secteur d’activité. Comme l’échantillonnage est limité et que les répondants sont anonymes, il est difficile d’évaluer les distorsions par rapport à la situation réelle dans chacun des secteurs d’activités. Certains secteurs d’activités sont dans une situation très difficile et leurs entreprises requerront un soutien important pour se relever.

Également, la consultation ne visait pas à déterminer l’impact des mesures gouvernementales. Cependant, il est incontestable que ces mesures d’allègement pour les entreprises et de soutien au revenu pour les individus ont fait une différence sur la capacité des entreprises de survivre à la crise.

** La méthodologie de récolte et d’analyse de cette consultation ne rencontre pas les standards rigoureux d’un sondage. Il faut donc lire ce texte avec prudence. Cependant, il donne un bon aperçu de ce que pensent les gens d’affaires de l’archipel de la situation à cette période de l’année.

** La Chambre de commerce des Îles remercie les membres qui ont répondu au questionnaire.


À propos de l'auteur

La Chambre de commerce des Îles-de-la-Madeleine est un regroupement de près de 225 membres, gens d’affaires des Îles. Elle a pour mission de veiller à la mise en place et au respect de conditions et d’infrastructures propices au développement économique de l’archipel, à la réussite de ses membres, et conséquemment, à la prospérité de la communauté madelinienne.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour vers le haut ↑

X