Actualité coalition

Publié le 11 octobre 2017 | par Webmestre

Les Madelinots se mobilisent pour préserver la gestion de leur traversier

Auteur 1


La coopérative de transport maritime madelinienne menacée

En réaction à la volonté de Transports Canada d’instaurer une nouvelle politique de gestion des traversiers dans l’Est du Canada, la communauté madelinienne se mobilise pour préserver la CTMA comme exploitant du service de traversier des Îles-de-la-Madeleine et demande d’être exclue d’un éventuel processus d’appel d’offres.

Une coalition composée des principaux porte-parole du milieu s’est réunie afin de défendre l’intérêt des Madelinots, qui est menacé par un éventuel processus d’appel d’offres pancanadien qui pourrait leur faire perdre le contrôle de leur service de traversier. Des motifs économiques, touristiques, de gouvernance locale ainsi que le caractère insulaire des Îles-de-la-Madeleine militent tous en faveur du retrait de la traverse Cap-aux-Meules – Souris du processus d’appel d’offres. Il en va du respect de l’expertise madelinienne bâtie par la CTMA depuis 46 ans pour offrir un service de traversier qui permet le désenclavement de l’archipel madelinot. Plusieurs chefs de file de la communauté en ont témoigné aujourd’hui.

Voir la conférence de presse en exclusivité sur la WebTV des Îles

webtv_portail

« Notre statut particulier lié au caractère insulaire, dûment reconnu par le gouvernement du Québec, est indissociable de notre autonomie sur le plan du transport maritime. Une atteinte à cette autonomie représenterait un recul inacceptable pour les Madelinots », a déclaré Germain Chevarie, député des Îles-de-la-Madeleine.

Comptant plus de 500 employés, la CTMA génère une masse salariale annuelle de 19 millions de dollars et des retombées économiques locales de 35 millions de dollars. Cette coopérative, dont le siège social est aux Îles-de-la-Madeleine, est détenue, opérée et gérée par des Madelinots. Au fil des ans, la CTMA s’est développée en adéquation avec les besoins locaux, et fait partie intégrante du développement socioéconomique de la communauté.

« En 1944, les Madelinots ont créé une coopérative pour se doter d’un service de transport local adapté à leurs besoins. Cette coopérative est aujourd’hui un outil de développement économique essentiel, tant sur le plan des emplois, de la logistique de transport que de la politique d’achats locaux. La CTMA est devenue un véritable fleuron de l’économie des Îles. Il n’est pas question qu’un appel d’offres vienne le menacer », a affirmé Marius Arsenault, président de la Chambre de commerce des Îles.

Année après année, les services offerts par la CTMA sont reconnus pour leur grande fiabilité et sécurité. Des sondages d’opinion démontrent des taux de satisfaction de la clientèle toujours extrêmement élevés et des audits externes témoignent de la saine gestion financière des fonds administrés par la coopérative.


Ailleurs sur le web : 

• Front commun aux Îles pour la traverse Cap-aux-Meules-Souris (Radio-Canada)

LA UNE : De gauche à droite : Jonathan Lapierre, président de la communauté maritime des Îles, Michel Bonato, directeur de Tourisme Iles de la Madeleine, Damien Turbide, représentant de la Table des organismes communautaires, Rose-Elmonde Clarke, mairesse de Grosse-Île, Marius Arseneault, président de la Chambre de commerce des Îles, Germain Chevarie, député des Îles-de-la-Madeleine à l’Assemblée nationale.

Source : Bureau de circonscription des Îles-de-la-Madeleine

Comments

comments


À propos de l'auteur

Webmestre




Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑