Actualité Screen Shot 2020-10-19 at 08.30.58

Publié le 19 octobre 2020 | par Webmestre

0

Des forces s’unissent pour innover et lutter contre l’érosion côtière


La CTMA et le Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes (CERMIM) collaborent sur un projet d’approvisionnement en sable à partir de bancs d’emprunt en mer, une technique novatrice qui pourrait notamment servir à la recharge des plages madeliniennes.

C’est par le biais de sa filiale Dragage IM que la CTMA s’allie au CERMIM (Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes) pour développer ce projet qualifié de novateur.

Le projet consiste à draguer du sable à partir de bancs d’emprunt en mer, soit à l’extérieur des ports et des voies navigables.

Nous avons l’expertise en dragage à la CTMA et en joignant nos forces à celles des experts du CERMIM, nous souhaitons pouvoir contribuer à la lutte contre l’érosion côtière de notre archipel, explique par communiqué le directeur général de la CTMA, Emmanuel Aucoin.

Screen Shot 2020-10-19 at 08.34.06

L’ouragan Dorian, l’an dernier, a nettement endommagé les berges aux Îles. PHOTO : RADIO-CANADA / LUC PARADIS

Il s’agit d’une technique déjà testée ailleurs dans le monde que les deux organisations souhaitent maintenant adapter au contexte particulier des Îles-de-la-Madeleine.

«Ce qu’on veut avec la CTMA, c’est adapter des façons de faire qui ont fait leurs preuves ailleurs et qui vont nous permettre de développer des pratiques durables, applicables aux Îles.» – Marc-Olivier Massé, directeur du CERMIM

La CTMA et le CERMIM estiment qu’un approvisionnement en matériaux granulaires, comme le sable, qui permet la recharge de plage, pourrait offrir une solution à l’érosion côtière sur l’archipel madelinot.

Nous mènerons un banc d’essai à petite échelle sur la base de techniques développées notamment en Floride, où notre équipe a eu la chance de participer à une visite technique sur un chantier de recharge de plage en mars 2020, précise le directeur du CERMIM, Marc-Olivier Massé.

LA UNE : Des études de l’UQAR ont établi que le littoral madelinien a perdu 50 centimètres de berges annuellement entre 2004 et 2016 et 60 centimètres entre 2016 et 2017 (archives). PHOTO : RADIO-CANADA


À propos de l'auteur

Webmestre




Les commentaires sont fermées.

Retour vers le haut ↑

X