Plus de 200 Madelinots assistent à une séance municipale houleuse

Publicité

Articles similaires

Une seconde soirée mouvementée autour de la Passe Archipel

Bien qu’elle fût omniprésente, la question de la Passe...

Des touristes pensent payer volontairement la Passe Archipel

Les personnes qui visitent les Îles-de-la-Madeleine cette année ne...

Passe Archipel : des citoyens réclament civisme et bienveillance dans le débat

Les débats entourant la Passe Archipel aux Îles-de-la-Madeleine ont...

Perturbée par du chahut, des demandes de démission et suivie d’une période de questions de plus de deux heures, la séance de la Communauté maritime des Îles a été très mouvementée mardi soir.

L’annonce de l’administration municipale des Îles-de-la-Madeleine, mardi matin, de rendre le paiement de la controversée Passe Archipel facultatif et non obligatoire, cet été, n’a pas calmé la grogne.

Plus de 200 citoyens se sont déplacés en soirée pour assister aux séances publiques consécutives de la Communauté maritime des Îles et de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine. Les deux rencontres se sont étirées durant plus de quatre heures.

Plusieurs citoyens ont demandé l’annulation des règlements sur la redevance touristique de 30 $ et la création d’un parc régional.

En raison du chahut dans la salle, le maire a dû demander à plusieurs reprises à la foule de garder le silence durant ses propres interventions, mais aussi pendant celles des citoyens.

Une vingtaine de personnes se sont exprimées au micro lors des deux périodes de questions qui ont duré au total deux heures trente. Plusieurs d’entre elles ont remis en question les décisions des élus madelinots dans le dossier de la Passe Archipel ainsi que leur gestion du budget municipal.

Des gens assis de dos dans une salle du conseil.

La salle du conseil municipal des Îles-de-la-Madeleine était pleine à craquer mardi soir. PHOTO : COURTOISIE

La première citoyenne à prendre la parole a été Jeanne Bourgeois.

D’un ton très vif, elle a accusé le conseil d’avoir nui à la réputation des Îles avec son projet de redevance touristique. Votre projet n’était pas bien ficelé, selon vos propres dires, a-t-elle lancé. Ce projet pilote ne tenait probablement même pas la route constitutionnellement. Un recours collectif se serait sûrement certainement rendu jusqu’en Cour suprême.

Jeanne Bourgeois a poursuivi en demandant la démission des élus madelinots.

Puisque le conseil municipal n’est plus digne de diriger votre municipalité, au nom des contribuables madelinots, je demande votre démission à tous.

Une citation de Jeanne Bourgeois

L’annonce de mardi matin signifie un échec complet du point de vue politique. C’est une reconnaissance que l’opinion publique ne vous est plus favorable, aux Îles, au Québec et même au Canada, a-t-elle scandé avant d’être applaudie par la foule.

La citoyenne Jeanne Bourgeois au micro du conseil municipal.

La citoyenne Jeanne Bourgeois a demandé la démission de tous les élus madelinots. (Photo d’archives) PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

Le Madelinot Claude Bourgeois, propriétaire du Site d’autrefois, a également invité le maire à laisser sa place Prenez des bouées de sauvetage, parce que votre bateau coule, a-t-il lancé vivement. Vous l’avez poussé avant qu’il ne soit prêt.

Vous avez perdu le contact avec la population, a renchéri Marc-André Proulx.

Plusieurs citoyens ayant pris la parole ont dénoncé le manque de consultation de la population concernant la Passe Archipel et la création d’un parc régional. Certains ont dit craindre que l’accès aux terres publiques soit restreint, ce qu’a réfuté le maire.

Linda Lebel lors de la période de questions.

L’ex-conseillère du district de l’Île-du-Havre-Aubert, Linda Lebel, a pris la parole lors de la période de questions. Elle a demandé à la Municipalité d’afficher les comptes à payer sur son site web. PHOTO : COURTOISIE

Une citoyenne de Grosse-Île, Kim Clark, a affirmé qu’il est difficile pour les anglophones des îles de la Madeleine de suivre les discussions entourant ces dossiers, car la Communauté maritime des Îles ne traduit pas ses documents en anglais et que toutes les discussions publiques sont en français.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine et la mairesse de Grosse-Île ont indiqué que des pourparlers étaient déjà en cours pour faciliter le partage d’information auprès des anglophones.

Processus de consultation pour la Passe Archipel

Antonin Valiquette a indiqué qu’une consultation aurait lieu pour revoir le règlement entourant la Passe Archipel.

C’est inévitable, il va y avoir un processus de consultation rattaché à ça, a affirmé Antonin Valiquette. On va retourner sur la planche à dessin, c’est clair qu’on va revoir ce qui accroche.

Là, l’idée c’est de calmer le jeu et de se mettre en mode écoute.

Une citation de Antonin Valiquette, maire des Îles-de-la-Madeleine

Concernant le projet de parc régional, le maire a répliqué que les consultations ont été nombreuses dans les dernières années. Si tout le monde n’y a pas participé, on ne peut pas revenir et faire un processus de consultation publique à chaque décision du conseil, ça ne marchera pas, a-t-il affirmé sous les exclamations réprobatrices de la foule.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Antonin Valiquette, assis lors d'une séance du conseil municipal.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Antonin Valiquette, a dû intervenir à plusieurs reprises pour demander à la foule de se taire durant les prises de parole. (Photo d’archives) PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

Le maire des Îles-de-la-Madeleine a soutenu que tous les élus agissaient pour le bien de la population. Tout ce que le conseil a voulu faire avec la Passe Archipel, c’est de créer un fonds de gestion durable du territoire pour diversifier nos revenus sans augmenter la charge fiscale des citoyens qui sont déjà suffisamment taxés, a souligné Antonin Valiquette.

Appels à la bienveillance

Parmi la vingtaine de citoyens ayant pris part à la période de questions, deux Madelinots se sont présentés au micro pour dénoncer l’ambiance et le ton de leurs concitoyens. Ils ont appelé à la bienveillance et à l’écoute mutuelle, tout en reconnaissant le travail difficile des élus.

Je nous invite, tout le monde, à baisser le ton et à travailler de façon respectueuse, a demandé André St-Onge. Je pense à la réunion de jeudi, j’ai peur. J’étais très mal tantôt, non, je n’avais pas la même position que tout le monde. Mon Dieu qu’il y avait de l’agressivité. Soyons plus bienveillants.

Sérieusement, ce que j’ai entendu et ce que je vis depuis que je suis ici, ce soir, c’est inadmissible, a affirmé Mélanie Bourgeois avant d’être interrompue par une citoyenne en désaccord. C’est facile d’être assis dans la salle et de chialer quand on a 250 personnes qui poussent dans le même sens. Je veux souligner le courage des élus d’avoir été devant 250 personnes, ce n’est pas évident.

Une séance d’information publique concernant la Passe Archipel aura lieu jeudi soir, 19 h, au Centre récréatif de L’Étang-du-Nord.

 

LA UNE : Les dossiers de la Passe Archipel et de la création d’un futur parc régional ont monopolisé une bonne partie de la période de questions qui a duré deux heures et demie. PHOTO : COURTOISIE

PAR