Une seconde soirée mouvementée autour de la Passe Archipel

Publicité

Articles similaires

Bien qu’elle fût omniprésente, la question de la Passe Archipel n’a finalement pas pris beaucoup de place dans les discussions lors de la rencontre d’information publique prévue à cet effet jeudi soir au Centre récréatif de L’Étang-du-Nord.

Cela n’a cependant pas empêché une cinquantaine de personnes des quelque 400 présentes d’avoir beaucoup de questions et de commentaires à adresser au conseil municipal lors de cette rencontre qui a duré trois heures et demie.

C’est à peine, un peu moins que la séance du conseil municipal de mardi dernier qui a duré quatre heures.

Comme mardi soir, de nombreux citoyens se sont exprimés notamment au sujet de l’utilisation des sommes récoltées par la Passe Archipel, comme le parc régional ou encore la gestion des matières résiduelles; tandis que d’autres ont appelé à la bienveillance face au climat social tendu dans l’archipel.

Avant que la parole revienne aux citoyens présents, la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine a d’abord occupé le début de cette séance pour notamment rappeler l’historique, les aspects légaux et différents objectifs de la démarche derrière la création du Fonds de gestion durable du territoire.

La directrice générale de la municipalité, Sharon Clavet, a rappelé lors de cette présentation que l’argent amassé par ce fonds est destiné à la création d’un parc régional, au financement des infrastructures récréotouristiques municipales ainsi qu’à la réduction de la facture liée à la gestion des déchets.

Le Fonds de gestion durable du territoire en fait est alimenté par l’argent recueilli par la Passe Archipel, a expliqué Mme Clavet.

Questionnements et remises en question

La présentation de la Municipalité a été suivie d’une longue période de questions, menée par Annie Fernandez, de la firme Fernandez Communications, qui a agi comme animatrice et modératrice.

Au conseil municipal de mardi dernier, de nombreux citoyens ont demandé l’annulation de la création d’un parc régional sur les terres publiques.

Ils ont été plusieurs à émettre des réserves ou des commentaires sur le sujet. Là, il n’y a pas de droit d’entrée payant, mais ça va venir, je vous garantis que ça va venir, a clamé David Lapierre lors de son tour de parole.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Antonin Valiquette, ainsi que les membres du conseil présent, ont assuré que ce n’était pas leur intention de rendre ce parc payant. Il n’a jamais été question pour le conseil municipal d’investir des fonds issus de la taxe foncière dans le parc régional, a-t-il ajouté.

Des citoyens ont aussi reproché au conseil de ne pas avoir assez consulté la population. Le maire Valiquette a réitéré que plusieurs consultations avaient été effectuées à ce sujet et que le projet de parc régional n’est pas remis en question par le conseil municipal, mais qu’il y avait place à l’amélioration.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Antonin Valiquette, au micro lors d'une séance du conseil municipal

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Antonin Valiquette, a défendu le projet de parc régional. (Photo d’archives) PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

La question de la gestion des déchets a également été soulevée par une dizaine de citoyens. J’apprends que ça nous coûte plus cher à nous autres pour nos vidanges […] À quel point les gens vont vouloir payer? Quand on va à Montréal, on les laisse-là nos vidanges et ils s’organisent avec et quand les gens de Montréal viennent ici, c’est à nous autres de s’organiser avec leurs vidanges, mentionne une citoyenne.

Ce sont les surplus insulaires qui nous amènent à avoir une facture plus chère au prorata […] avec une redevance touristique, on en prend une partie pour assumer ces dépenses-là plutôt que de l’envoyer sur les épaules du citoyen qui paye déjà pour ce service avec les taxes, réplique Antonin Valiquette.

Appel au civisme et à l’unité

En observant le ton monter dans les discussions, mardi dernier, lors du dernier conseil municipal, la Madelinienne Mayka Thibodeau a invité les gens à arborer sur les réseaux sociaux ou sur leurs vêtements, un rond blanc, un appel au respect et à l’unité.

Tout le monde a droit à son opinion, mais pour être capable d’avoir un débat qui est sain, c’est important de se rallier sur les principes tels que le refus de la désinformation ou des amalgames, le refus de l’intimidation.

Une citation de Mayka Thibodeau, citoyenne des Îles-de-la-Madeleine

De crier ou de cracher sur la place publique sur des gens qui se sont personnellement investis depuis des années au service d’une population, qu’on soit en accord ou non avec les orientations, pour moi, c’est inacceptable, a-t-elle mentionné sur les ondes de l’émission Bon pied Bonne heure! jeudi matin.

Mme Thibodeau était présente à la rencontre de jeudi soir. Je me suis placée comme citoyenne qui a demandé le respect et je trouve ça magnifique, peu importe nos questions, qu’elles soient entendues et répondues, a-t-elle affirmé au moment de sa prise de paroles.

Par ailleurs, le symbole du rond blanc était visible chez plusieurs citoyens jeudi soir.

Autrement, plusieurs personnes ont démontré de l’empathie envers le conseil, qui traverse actuellement une tempête, image souvent utilisée jeudi soir pour illustrer la situation.

« Le travail que vous faites n’est pas parfait […] ce que je vois c’est une équipe, oui qui fait de son mieux, mais, sans vouloir vous manquer de respect, je vois une équipe qui a besoin d’aide et lorsque je vois quelqu’un qui a besoin d’aide ou qui est dans le pétrin, je vais éviter de lui sacrer un coup de pelle en arrière de la tête », a affirmé Michel Boudreau. J’ai juste hâte qu’à moment donné on mette toute l’énergie qu’on a à s’obstiner, lâcher un peu les droits et libertés individuelles pour se concentrer un peu plus sur notre avenir collectif.

M. Boudreau a ensuite enfilé son chapeau de membre du conseil d’administration de l’organisme Attention FragÎles pour réitérer l’appui de l’organisation de protection de l’environnement envers les démarches du projet de parc régional.

D’autres citoyens, comme Emma Arseneau, 23 ans, ont aussi fait part de certaines suggestions au conseil.

Si c’est possible, allez chercher plus les jeunes dans ces débats-là. On a un beau cégep, alors peut-être aller faire des activités dans ces milieux-là, parce que je trouve que les jeunes des fois on n’est pas pas assez politisés, mais on a de bons avis quand même sur ces choses-là, a suggéré la jeune femme, suivi d’applaudissements de la salle.

Prochaines étapes

La Municipalité a partagé les prochaines étapes dans le dossier de la Passe Archipel.

Le dépôt des projets de règlement abrogés, où la Passe Archipel sera inscrite comme facultative, se fera d’ici la fin mai. Ils seront adoptés à la prochaine séance du conseil municipal le 11 juin prochain.

La plateforme de paiement de la contribution volontaire sera accessible dès le 1er juin et la Ville assurera une sensibilisation des visiteurs tout au long de l’été.

La Municipalité effectuera un bilan l’automne prochain et fera alors part des perspectives relatives à la Passe Archipel pour 2025.

LA UNE : Encore une fois, les Madelinots ont été nombreux à assister à la soirée d’information organisée par le conseil municipal. (Photo d’archives) PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

PAR