Les pêcheurs pélagiques interpellent le député de Gaspé

Publicité

Articles similaires

Les pêcheurs pélagiques du sud de la Gaspésie veulent aussi bénéficier de l’aide qui pourrait être accordée aux pêcheurs de crevettes et de turbots par Québec et Ottawa.

Au printemps 2022, le ministère suspendait la pêche printanière au hareng et au maquereau quelques jours avant le début de la saison. Les pêcheurs printaniers de harengs et de maquereaux n’ont reçu aucune aide ni compensation de la part d’Ottawa et de Québec.

Le Regroupement a cogné à de nombreuses portes afin que les pêcheurs puissent obtenir du soutien. Sans résultat.

La déclaration cette semaine du député de Gaspé et adjoint gouvernemental aux Pêcheries, Stéphane Ste-Croix, sur le coffre d’outils disponibles pour aider les pêcheurs de crevette et de turbot a fait bondir le président du Regroupement des pêcheurs pélagiques, Ghislain Collin.

Depuis au moins deux ans, dit-il, on travaille avec la direction du MAPAQ, avec la direction régionale à Gaspé. On travaille avec le ministre [André] Lamontagne, le sous-ministre [Abdoul] Aziz Niang. On a travaillé avec les hauts responsables de Services Québec, puis Emploi-Québec, puis ç’a fini par aboutir. Il y a aucun, aucun, aucun programme qui est adapté, qui est fait pour aider les pêcheurs et les aides-pêcheurs.

M. Collin demande donc une rencontre d’urgence avec le député afin d’en savoir davantage sur l’aide qu’il prépare pour les pêcheurs de crevettes et de turbots. Il souhaiterait aussi avoir une conversation avec la députée de Bonaventure, Catherine Blouin, puisque, dit-il, il y a des pêcheurs de son regroupement dans sa circonscription.

Capture d’écran, le 2023-09-22 à 08.12.59

Ghislain Collin estime que son groupe de pêcheurs a aussi droit à de l’aide. On est reconnu par le MPO. On a un historique de pêche en Atlantique. On est reconnu par le MAPAQ puis ils nous ont jetés comme de vrais sacs à vidange. Donc s’il y a quelque chose comme ça qui se passe, je peux vous garantir qu’on va aller sur une autre étape.

L’autre étape pourrait se traduire par des démarches devant les tribunaux, tonne M. Collin. Ça fait deux ans et quelques mois qu’on crève. Les pêcheurs sont en train de mourir, ils ont perdu leur équipage, ils ont encore des dettes.

Son groupe poursuit toujours des démarches auprès du gouvernement fédéral avec l’appui de Québec. C’est la seule chose qu’ils peuvent faire dans notre dossier, c’est de nous aider à faire des représentations à Ottawa pour que le gouvernement fédéral nous aide en nous donnant de la pêche scientifique ou exploratoire ou d’autres espèces à pêcher.

Le bureau du député Stéphane Ste-Croix explique que l’image du coffre d’outils concernait les mesures de soutien pour les travailleurs d’usine.

Un porte-parole du Cabinet du ministre responsable des Pêcheries, André Lamontagne, indique toutefois qu’une rencontre est prévue au cours des prochains jours avec la ministre fédérale des Pêches, Diane Lebouthillier, afin de discuter de l’ensemble des pêcheries en difficulté au Québec ce qui inclut les pêcheurs pélagiques.

La ministre Le Bouthillier prévoit d’ailleurs faire un point de presse sur la situation de la crevette et du flétan du Groenland vendredi matin.

La ministre devrait aussi commenter la situation des travailleurs d’usine en Gaspésie.

LA UNE : La pêche printanière au hareng a été suspendue à la fin mars 2022. (Photo d’archives). PHOTO : MINISTÈRE DES PÊCHES ET DES OCÉANS DU CANADA

PAR Joane Bérubé