Éphémérides : Émission d’un timbre à l’effigie du phare du Cap Alright

Publicité

Articles similaires

Éphémérides : Bénédiction du Maid of Clare

02/07/1944 : Bénédiction du premier bateau de la CTMA,...

Archives 1982 : Réjean Coulombe – De la Fonction publique à la prêtrise

La Voix Gaspésienne Mercredi 30 juin 1982 La Société d’histoire et...

Éphémérides : Dévoilement du tableau «Saint-Pierre brandissant les clés du Paradis»

29/06/2004 : Dévoilement du tableau restauré, Saint-Pierre brandissant les...

Le 12 juin 2003 : Émission d’un timbre à l’effigie du phare du Cap Alright.

En rappel de l’installation des premiers acadiens dans l’archipel, émission d’un timbre, le 12 juin 2003, à l’effigie du phare du Cap Alright situé à la Petite-Échouerie de Havre-aux-Maisons.

Le phare du Cap Alright, aussi appelé phare de l’Échouerie, est le dernier phare construit sur l’archipel, en 1928. De forme carrée, peint en rouge et blanc, posé sur la pointe rocheuse au pied de la Butte ronde à Havre-aux-maisons, il jouit d’une vue privilégiée sur l’Île d’Entrée.

Il a vu une dizaine de naufrages répertoriés dans ses eaux aux humeurs changeantes. Il est d’ailleurs souvent cité dans les récits de navigateurs et sur les cartes anciennes, lui proférant une valeur patrimoniale quant à l’histoire de la navigation dans le golfe.

Son architecture, élaborée selon un modèle de la Marine au XIXe siècle, de petite dimension (8,3 mètres) et de forme pyramidale, est souvent utilisée au Canada, retenue pour sa simplicité et ses coûts de construction peu élevés. Toutes ces particularités, en plus de son emplacement très prisé par les touristes, ont fait du Cap Alright un des phares les plus connus et photographiés des Îles. En 2005, Postes Canada en a d’ailleurs fait une image emblématique du pays. C’est peut-être ce qui a poussé l’animatrice Julie Snyder à l’acquérir, en réponse à la loi jugeant les phares excédentaires, le phare du Cap Alright et le terrain l’entourant, dont la halte routière, en promettant de prendre soin du caractère patrimonial du site et de l’ouvrir au public.

Source : Postes Canada