Quand on ne peut plus creuser un puits chez soi

Publicité

Articles similaires

Le port de Charlottetown grouille déjà de méduses

Il est normal de voir quelques méduses dans le...

L’Îlot Café-Buvette honoré au Gala national du Défi OSEntreprendre

L’Îlot Café-Buvette, situé à Cap-aux-Meules, a été honoré lors...

Santé et transport au cœur de la session du député des Îles

Dans son bilan de session, le porte-parole du Parti...

 

Un Madelinot a dû demander un permis à la pétrolière Gastem pour creuser un puits artésien dans sa propre cour. En fait, la majorité du sous-sol madelinot appartient à des entreprises qui ont des droits d’exploitation minière, dont Gastem.Conséquence, sur ces terrains, ce n’est pas la municipalité des Îles-de-la-Madeleine qui peut délivrer un permis pour creuser à plus de deux mètres sous terre, mais au propriétaire du sous-sol. C’est ce qu’a expérimenté un citoyen du secteur du Bassin, cet été.Le candidat à la mairie des Îles, Léonard Chevrier, dénonce la situation. « C’est rendu grave s’il faut demander la permission aux actionnaires de Calgary, puis du Nord de l’Ontario pour avoir le droit d’utiliser de l’eau potable », commente le candidat à la mairie. Pour Léonard Chevrier, il est urgent que les Madelinots se réapproprient leurs droits d’exploitation. Il faut, dit-il, empêcher les forages terrestres et en mer aux Îles.« Cette loi-là, poursuit M. Chevrier, n’a pas été faite par des martiens, elle a été faite par des humains. C’est la loi des mines, mais ce n’est pas intouchable. » L’eau potable est trop fragile aux Îles et on ne peut la transporter par pipeline, conclut Léonard Chevrier.Des avocats travaillent sur le dossier.

 

 

 

Pour en savoir plus