La respiration des crevettes pour mieux comprendre les changements climatiques

Publicité

Articles similaires

Les délais de reconstruction du quai de Grande-Entrée inquiètent

Les délais de reconstruction du quai de Grande-Entrée, à...

Une aide fédérale majeure de 3,6 millions sur 5 ans à la SADC des Îles

La Société d’aide au développement de la collectivité des...

Maëli Cormier : Une étoile montante du volleyball

Maëli Cormier, étudiante-athlète talentueuse en volleyball D1 féminin au...

Les travaux de restauration de La Gaspésienne no 20 s’amorcent

Les travaux de restauration du bateau de pêche historique...

Les débuts chaotiques de la pêche au sébaste

Pêches et Océans a fait connaître son plan de...

Presque immobiles, 10 crevettes se la coulent douce dans un bassin de l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli. Elles n’ont qu’à respirer pour fournir une foule d’informations aux chercheurs, qui souhaitent documenter les effets des changements climatiques sur les espèces commerciales dans le Saint-Laurent.

Le chercheur en écophysiologie Denis Chabot veut connaître le niveau minimal d’oxygène dissous dont ces crevettes ont besoin pour survivre. Pour ce faire, il injecte de l’eau de moins en moins oxygénée dans le respirateur et mesure la réaction des crevettes.

Dix crevettes sont placées dans des respiromètres.
Dix crevettes sont placées dans des respiromètres.   PHOTO : RADIO-CANADA / SIMON TURCOTTE

Il s’agit d’une donnée-clé, parce que les changements climatiques font en sorte que l’oxygène se raréfie et que l’eau est de plus en plus acide dans les profondeurs du Saint-Laurent.

«Alors qu’on sait que les teneurs en oxygène dissous vont continuer de baisser, et que le pH va continuer de baisser, ça va devenir critique dans certains environnements pour les espèces commerciales.» – Denis Chabot, chercheur en écophysiologie à l’Institut Maurice-Lamontagne

Denis Chabot, chercheur en écophysiologie à l'Institut Maurice-Lamontagne
Denis Chabot, chercheur en écophysiologie à l’Institut Maurice-Lamontagne   PHOTO : RADIO-CANADA / SIMON TURCOTTE

Respirométrie, mode d’emploi

Chaque crevette est placée dans un petit respiromètre, un appareil qui ressemble à une bouteille. De l’eau entre par une extrémité toutes les 20 minutes environ. À l’intérieur, une sonde mesure le niveau d’oxygène dissous dans l’eau.

Les crevettes poussées « à leur limite »

Les recherches montrent que la situation sera moins grave dans le Golfe, mais particulièrement critique dans l’estuaire. « Les crevettes peuvent encore tenir le coup dans l’estuaire, croit M. Chabot. C’est d’ailleurs démontré par le fait qu’on a encore une pêche commerciale. Mais elles sont à la limite. »

160721_xd7qr_carte-oxygene-st-laurent_8
Conditions d’hypoxie dans les eaux profondes du Saint-Laurent (données de 2012) PHOTO : RADIO-CANADA / GABRIEL ROCHETTE-BÉRIAU

«Ça ne prendrait pas une grosse détérioration des conditions d’oxygène, ou ça ne prendrait pas un très gros réchauffement, pour que les eaux profondes de l’estuaire ne soient plus profitables à cette espèce.» – Denis Chabot, chercheur en écophysiologie à l’Institut Maurice-Lamontagne

Pêche à la crevette
PHOTO : CBC / ARCHIVES

Des changements déjà observés par les pêcheurs

Les pêcheurs remarquent déjà des changements au fond de l’eau. « Bien sûr que ça nous inquiète!, s’exclame Réginald Cotton. Le réchauffement climatique, l’oxygène dans l’eau, ce sont des choses sur lesquelles on n’a aucun contrôle. »

«Tous les pêcheurs qui vont en mer depuis plusieurs années observent des changements.» – Réginald Cotton, pêcheur

Réginald Cotton
Réginald Cotton   PHOTO : RADIO-CANADA / WILLIAM BASTILLE-DENIS

M. Cotton remarque que la répartition des crevettes dans le golfe a changé. « Il n’y a pas de crevette là où on a toujours pêché la crevette, explique-t-il. On dirait qu’elle change de place, et il n’y en a pas beaucoup. »

Un texte de Ariane Perron-Langlois