Une redevance touristique aux Îles sous surveillance

Publicité

Articles similaires

La Passe Archipel qui imposera une redevance de 30 $ aux visiteurs de l’archipel madelinot entre le 1er mai et le 14 octobre, reçoit un accueil mitigé aux îles de la Madeleine.

Lors de la séance extraordinaire de mercredi soir, au moment où ce projet de règlement a été entériné, des citoyens ont autant manifesté leur satisfaction que leurs inquiétudes. Au lendemain de cette adoption, certaines craintes continuent d’être soulevées quant aux répercussions de l’imposition de cette passe sur les visiteurs et les entrepreneurs.

Le coût des vacances aux Îles en général est de plus en plus cher pour toutes sortes de facteurs, alors en espérant que [la redevance] ça ne soit pas dissuasif pour les gens de venir nous visiter aux Îles, soulève l’entrepreneure de L’Étang-du-Nord, Ariane Arsenault, propriétaire de la savonnerie artisanale La Fille de la Mer.

Je suis mitigée et je vais regarder ça aller avec un grand intérêt.

Une citation de Ariane Arsenault, propriétaire de la savonnerie La Fille de la Mer

L’été passé, ç’a été difficile financièrement pour mon entreprise et beaucoup d’entreprises en général, donc on espère que les gens vont continuer de venir aux Îles et d’être au rendez-vous et que ce n’est pas une mesure comme ça qui va leur faire choisir d’aller ailleurs finalement, ajoute-t-elle.

Ariane Arsenault présente une bombe de bain dans sa boutique de La Grave.

Ariane Arsenault, de la savonnerie La Fille de la Mer (Photo d’archives) PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

Si elle n’est pas contre le principe fondamental de la redevance, Mme Arsenault a malgré tout des craintes concernant certains paramètres du projet.

L’entrepreneur déplore notamment que les employés saisonniers qui viennent travailler en période estivale aient à payer la redevance.

Le projet de règlement indique que les travailleurs saisonniers qui passeront l’été aux Îles devront également payer la redevance s’ils quittent l’archipel avant la fin de la période où la Passe Archipel est exigée, soit le 14 octobre.

Les gens qui viennent nous prêter main-forte, pour nous aider et pallier le manque de main-d’œuvre, je ne pense pas qu’ils devraient avoir à payer ce 30 $-là, dit-elle.

Mme Arsenault, qui attend une employée de l’extérieur de l’archipel cet été, croit que la redevance s’ajoutera au fardeau des entrepreneurs.

Pour sa part, c’est elle qui défrayera les coûts de la redevance pour son employée. Elle croit que d’autres employeurs, qui ont parfois des dizaines de travailleurs saisonniers, feront la même chose. C’est une grosse charge financière qui va s’ajouter à celle des entreprises des Îles […]. On a déjà un gros fardeau financier et d’ajouter ça, c’est comme une petite cerise sur le sundae, affirme Ariane Arsenault.

La Chambre de commerce des Îles-de-la-Madeleine indique qu’elle suivra de près le déploiement de cette redevance.

Les entreprises travaillent de plus en plus fort et dépensent des sommes supplémentaires pour aller chercher des travailleurs à l’extérieur, étrangers et saisonniers, donc peut-être que le 30 $ pourrait avoir un impact à ce niveau-là, fait valoir à son tour le directeur général de la chambre de commerce, Alexandre Lavoie.

C’est un projet pilote, en rodage, et on va suivre ça de près pour voir qu’est-ce que ça va donner en fin de compte et s’assurer qu’il n’y ait pas d’impacts négatifs sur nos entreprises et notre économie madelinienne.

Une citation de Alexandre Lavoie, dg de la Chambre de commerce des Îles-de-la-Madeleine
Alexandre Lavoie sourit à son bureau.

Alexandre Lavoie est le dg de la Chambre de commerce des Îles-de-la-Madeleine. (Photo d’archives) PHOTO : GRACIEUSETÉ

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Antonin Valiquette, a concédé mercredi soir que la première année de ce projet sera effectivement imparfaite et que des ajustements pourront être apportés en cours de route.

Le règlement de la redevance touristique doit être adopté à la séance du conseil du 9 avril prochain, pour une mise en application à compter du 1er mai.

LA UNE : Tous les visiteurs de 13 ans et plus qui n’ont pas de résidence principale ou secondaire aux Îles et qui séjournent dans l’archipel durant plus de 24 heures devront obligatoirement payer la Passe Archipel, entre le 1er mai et le 14 octobre. (Photo d’archives) PHOTO : RADIO-CANADA / ISABELLE LAROSE

vec la collaboration avec Elisa Serret.